Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est aussi dans l’actualité…

Festival de couleurs qui célèbre l’arrivée de l‘automne à Berlin, entre la chancellerie fédérale et le bâtiment du Reichstag

Festival de couleurs qui célèbre l’arrivée de l‘automne à Berlin, entre la chancellerie fédérale et le bâtiment du Reichstag, © dpa

22.09.2020 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en ce mardi 22 septembre 2020.

Coronavirus : « l’évolution est entre nos mains »

L’Allemagne comptait au 22 septembre à minuit 274.158 cas d’infection au nouveau coronavirus, soit 1.821 de plus qu’hier, selon l’Institut Robert Koch (RKI), chargé de la veille sanitaire. Dix nouveaux décès ont été enregistrés en 24 heures. Cela porte à 9.396 le nombre de victimes de la pandémie. Près de 243.700 personnes ont guéri du Covid-19.

Le gouvernement allemand appelle la population à la « plus grande vigilance » pour éviter « une augmentation incontrôlable du nombre de cas d’infection ». L’évolution est « entre nos mains », a déclaré hier son porte-parole, Steffen Seibert, à Berlin. L’Allemagne se trouve « dans une phase de l’épidémie qui est décisive pour l’entrée dans la période de l’automne et de l’hiver. »

Dans certaines régions, les communes commencent à réexaminer leurs dispositifs de prévention. A partir de jeudi, Munich (Bavière) sera la première ville allemande à imposer le port obligatoire du masque autour de la Marienplatz, dans le centre-ville. De son côté, le ministre fédéral de la Santé, Jens Spahn, prépare de nouvelles mesures, notamment pour accroître les capacités de dépistage.

Le coronavirus accélère la numérisation de l’enseignement

L’Etat fédéral et les länder ont décidé hier, lors d’un sommet à Berlin, de renforcer leur coopération afin d’accélérer le déploiement du numérique à l’école. En pleine crise du coronavirus, l’Etat a promis de débloquer rapidement une enveloppe de 500 millions d’euros pour équiper les 800.000 enseignants d’ordinateurs portables. Il financera également à hauteur de 500 millions d’euros la formation et l’embauche d’administrateurs de réseaux au sein des écoles. Par ailleurs, il est prévu de créer une plateforme éducative nationale et des centres de compétences numériques où les enseignants pourront se former à l’enseignement à distance. « Les enfants ne doivent pas être les perdants de la pandémie », avait déjà souligné la chancelière Angela Merkel samedi, dans son message vidéo hebdomadaire. Un nouveau sommet Etat-länder sur l’école est prévu au début de l’année 2021. Plus d’informations

L’Assemblée parlementaire franco-allemande reçoit Christine Lagarde

L’Assemblée parlementaire franco-allemande a reçu lundi à Berlin la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde. Elle devait auditionner ce mardi les ministres allemand et français de la Santé, Jens Spahn et Olivier Véran. Plusieurs propositions de résolution figurent à l’ordre du jour de cette quatrième session. Les 50 députés de l’Assemblée Nationale et 50 députés du Bundestag qui siègent devront se prononcer sur la lutte contre la pandémie, le renforcement de l’union monétaire et économique, la construction d’une ligne de chemin de fer Berlin-Paris, la création de deux groupes de travail, l’un sur l’« intégration, l’asile et la migration » et l’autre sur « la politique étrangère et de défense ». Plus d'informations

Le réveil du train de nuit

À l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique, l’Allemagne envisage de remettre en service ses liaisons ferroviaires de nuit. L’objectif : créer des réseaux européens incitant les voyageurs à privilégier le train de nuit sur l’avion pour les courtes distances. Parmi les lignes envisagées : Paris-Bruxelles-Cologne-Berlin-Varsovie et Amsterdam-Cologne-Bâle-Rome. À long terme, le ministre allemand des Transports, Andreas Scheuer, pourrait même imaginer une liaison Stockholm-Munich ou Berlin-Rome, à condition de réaliser de grands projets d’infrastructure à l’échelon européen. M. Scheuer n’exclut pas de ressusciter le « Trans-Europ-Express » (TEE) de la Deutsche Bahn. Les luxueuses rames du TEE, abandonné en 1987, pouvaient filer à 200 km/h entre l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche. Le ministre a abordé le sujet lundi, lors d’un « sommet ferroviaire » avec ses homologues européens.

Grèves à l’horizon dans la fonction publique

Crèches, administrations, éboueurs : des grèves d’avertissement pourraient affecter certains services publics au cours des prochaines semaines en Allemagne. Après l’échec d’une table ronde le week-end dernier, les syndicats reprochent à Berlin de jouer la montre dans les négociations salariales en cours pour les 2,3 millions de personnels salariés de l’Etat fédéral et des communes. Ils réclament une augmentation de 4,8 % sur douze mois, avec une augmentation mensuelle d’au moins 150 € pour tous. Les pouvoirs publics n’ont pas encore soumis d’offre et souhaitent que le futur accord porte jusqu’en 2023. Le ministre fédéral de l’Intérieur, Horst Seehofer, se dit toutefois confiant. Il juge un accord très probable lors de la prochaine table ronde, prévue les 22 et 23 octobre.

La publicité pour le tabac (presque) interdite

Le Bundesrat a approuvé un projet de loi imposant de nouvelles restrictions à la publicité pour le tabac. Au cinéma, elle sera proscrite à partir du 1er janvier 2021 pour tous les films susceptibles d’être vus par le jeune public. Seuls les films non autorisés aux enfants seront donc dorénavant exemptés de l’interdiction. Suivra l’interdiction, à partir du 1er janvier 2022, des affiches publicitaires vantant des produits tabagiques (sauf sur les devantures et dans les vitrines des commerces spécialisés). La publicité pour le tabac chauffé sera proscrite à partir de 2023 et la promotion des cigarettes électroniques de 2024. La publicité pour le tabac est d’ores déjà interdite dans les médias, sur Internet et au cinéma à partir de 18 heures.

Maria Schrader remporte un Emmy Award pour « Unorthodox  »

Dimanche soir, la cinéaste allemande Maria Schrader a été couronnée par un Emmy Award pour la mini-série « Unorthodox ». C’est la première fois que ce prix américain, le plus prestigieux du petit écran, récompense une réalisatrice allemande. « Unorthodox  » se décline en quatre épisodes palpitants, diffusés sur la plateforme de streaming Netflix. C’est l’adaptation de l’autobiographie publiée par l’autrice américano-allemande Deborah Feldman en 2012. La série raconte l’histoire d’une jeune femme juive, Esther, qui fuit sa communauté ultra-orthodoxe de Brooklyn. Réfugiée à Berlin, elle tente de tracer son propre chemin. Mais elle y est recherchée par son mari, flanqué d’un comparse aux méthodes… peu orthodoxes.

Covid-19 : y aura-t-il des marchés à Noël ?

Après les concerts, la Fête de la Bière et certains carnavals, les marchés de Noël seront-ils les prochaines victimes de la pandémie de Covid-19 ? Rien n’est moins sûr. De plus en plus de responsables politiques appellent à préserver cette éminente tradition allemande. « Nous pouvons et voulons imaginer que les marchés de Noël puissent se tenir », a déclaré le ministre-président de Thuringe, Bodo Ramelow. « Ce dont nous ne voulons pas, ce sont des marchés qui réunissent deux millions de personnes comme à Erfurt ». Evoquant un « besoin psychique de cette normalité », M. Ramelow plaide pour une fragmentation en plusieurs petits marchés. Plus au sud, le ministre-président de Bavière, Markus Söder, souhaite lui aussi le maintien des marchés de Noël. Il plaide pour une organisation spécifique afin de respecter les mesures sanitaires : sens de circulation, masque obligatoire, vente d’alcool fortement réduite, etc. L’initiative a aussi un aspect économique. L’épidémie, qui a contraint à annuler la plupart des fêtes populaires depuis six mois, a placé beaucoup d’exposants au bord de la faillite.

L’Oktoberfest en miniature

La Fête de la bière de Munich (« Oktoberfest »), qui aurait dû s’ouvrir samedi dans la capitale bavaroise, a été annulée pour cause de coronavirus. Du jamais-vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Résultat : les brasseurs allemands devraient voir leurs ventes chuter de plus de 6 % cette année. L’industrie hôtelière accuse elle aussi le coup. Cependant, 54 Biergärten et bars munichois proposent entre leurs murs de petits formats de substitution. La pandémie compliquant les voyages, la clientèle est essentiellement locale. Si le cadre n’est pas le même, l’ambiance est sauve : la bière arrose des spécialités roboratives au son de fanfares. Le site historique de la Theresienwiese fait pour sa part l’objet d’une surveillance renforcée pour éviter tout rassemblement contraire aux mesures de lutte contre le coronavirus.

Exposition : le(s) sens du contact

C’est sans doute l’une des premières expositions inspirées par la crise du coronavirus. Le Musée Paula Modersohn-Becker de Brême présente jusqu’au 24 janvier 2021 une exposition qui explore les multiples facettes du contact. Qu’il soit physique ou émotionnel, tendre ou brutal, agréable ou douloureux, il constitue, en effet, une expérience paradoxale. Trop rapproché comme dans un métro bondé, il nous oppresse. Restreint comme en cette période de crise sanitaire, il révèle son caractère vital, pour tout un chacun comme pour la société. L’exposition, intitulée « Touchant – Approche d’un besoin essentiel » (« Berührend – Annäherung an ein wesentliches Bedürfnis »), présente une soixantaine de tableaux, sculptures, photos et vidéos du Moyen-Âge à l’époque contemporaine. De quoi s’aérer les neurones, malgré le masque et la distanciation obligatoire. Plus d’informations

Une exposition consacrée à Romy Schneider ouvre ses portes dans le Brandebourg

A l’occasion du 82e anniversaire de Romy Schneider (1938-1982), immortelle interprète de l’impératrice « Sissi  », le château de Klein Loitz, dans le Brandebourg (est de l’Allemagne), lui consacre une exposition de photos. Les clichés sont l’œuvre de Roger Fritz, assistant du réalisateur Luchino Visconti sur le film « Boccacio 70 », qui a photographié l’actrice dans les années 1960. Ce château du XVIIe siècle a été racheté l’année dernière par un couple qui travaille à le transformer en un musée et fonds d’archives. L’établissement sera principalement consacré à Romy Schneider, dont il rassemblera de nombreux effets personnels (mobilier de ses appartements à Berlin et Hambourg, costumes, autographes, photos, lettres, livres). Il proposera également des expositions temporaires, des films en avant-première, des débats et d’autres événements culturels. Ouverture prévue en 2021.

Rédaction : A.L./ M.F.

Retour en haut de page