Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Le gouvernement allemand a décidé d’accélérer le développement des énergies renouvelables. Son objectif : qu’elles couvrent 65% de la consommation brute d’électricité en 2030

Le gouvernement allemand a décidé d’accélérer le développement des énergies renouvelables. Son objectif : qu’elles couvrent 65% de la consommation brute d’électricité en 2030, © Zoonar.com/wolfilser

25.09.2020 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité allemande en ce 25 septembre 2020.

Berlin accélère le développement des énergies renouvelables

Le gouvernement allemand a adopté cette semaine un projet de réforme de la loi sur les énergies renouvelables. Il entend donner un coup d’accélérateur au déploiement des éoliennes et panneaux solaires, qui est ralenti par la longueur des procédures d’autorisation, le manque de terrains et les plaintes de riverains.

L’objectif est d’atteindre le taux de 65 % d’électricité d’origine renouvelable dans la consommation brute en 2030 (contre 43 % en 2019). Le texte mentionne aussi pour la première fois l’objectif de neutralité carbone pour la production et la consommation d’électricité à l’horizon 2050.

C’est « un signal clair pour l’avenir afin de mieux protéger le climat et de développer les énergies renouvelables », a souligné le ministre fédéral de l’Economie et de l’Energie, Peter Altmaier.

La réforme prévoit aussi de favoriser l’acceptation des éoliennes par les riverains en associant davantage les communes aux bénéfices. Elle s’accompagne de mesures pour limiter le coût des énergies renouvelables pour le consommateur, raccourcir les procédures d’autorisation et garantir le développement synchrone des capacités de production d’électricité verte et des nouvelles lignes à haute tension nécessaires pour l’acheminer.

Coronavirus : plus de 2.000 nouveaux cas en 24 heures

L’Allemagne comptait au 25 septembre à minuit 280.223 cas d’infection au nouveau coronavirus, soit 2.153 de plus qu’hier, selon l’Institut Robert Koch (RKI), chargé de la veille sanitaire. Quinze nouveaux décès ont été enregistrés en 24 heures. Cela porte à 9.443 le nombre de victimes de la pandémie. Le gouvernement appelle plus que jamais la population à la vigilance pour éviter une évolution incontrôlable de l’épidémie. Munich est depuis hier la première ville à imposer le port du masque dans certaines zones du centre-ville.

L’appli allemande de traçage du Covid-19 téléchargée plus de 18 millions de fois

Cent jours tout juste après son lancement, l’application allemande de traçage de la Covid-19 (Corona-warn-app) a été téléchargée plus de 18 millions de fois par les utilisateurs de téléphones portables, a fait savoir cette semaine la chancellerie allemande. Cela représente un téléchargement toutes les deux secondes. L’application allemande contre la Covid-19 est ainsi l’une des applications de ce type les plus populaires au monde. « Elle est demandée, elle fonctionne, elle contribue à éviter des contaminations », se félicite le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn. Plus de 400.000 téléchargements depuis l’étranger ont même été enregistrés, pour des personnes qui se sont rendues en Allemagne. Ce succès s’explique sans doute en partie par les fonctions étendues de cette application, qui permet aussi de recevoir les résultats d’un test au Covid-19 directement sur son téléphone portable. A l’heure où le nombre de contaminations repart à la hausse, les autorités allemandes appellent plus que jamais les Allemands à la télécharger. Plus d'informations

Restrictions contre le Covid-19 : Frank-Walter Steinmeier invite au débat

La lutte contre la crise sanitaire impose-t-elle trop de restrictions ? Ou les mesures sont-elles, au contraire, insuffisantes ? En Allemagne, ces dernières semaines, des manifestations ont mobilisé sur le pavé contre les restrictions imposées. Au moment où les autorités redoutent une « deuxième vague » de l’épidémie, le président allemand, Frank-Walter Steinmeier a invité cette semaine huit citoyens d’avis différents autour d’une table. Il a écouté les uns et les autres. Puis, ils les a invités à un échange ouvert afin que « des arguments ne restent pas sans écho comme on le reproche parfois. » Il a appelé chacun à agir pour ne pas mettre en péril les avancées dans la lutte contre la pandémie, tout en respectant les avis différents. Il a également salué l’attitude des principaux virologues allemands qui ont pris soin de ne pas faire le jeu de la panique.

Le virologue allemand Christian Drosten récompensé

Figure de la lutte contre la pandémie de Covid-19 en Allemagne, le virologue Christian Drosten va recevoir la croix de l’Ordre du mérite de la République des mains du président allemand, Frank-Walter Steinmeier. Il sera distingué le 1er octobre aux côtés de 14 personnalités dont l’ancien footballeur Thomas Hitzlsperger, le pianiste Igor Levit et l’actrice Sandra Hüller. Le président les récompensera pour leur rôle dans la lutte contre la pandémie, en faveur de l’entente entre anciens et nouveaux länder ou pour leur engagement contre les préjugés dans la société. Christian Drosten exerce à l’hôpital de la Charité, à Berlin. Il est primé pour ses travaux internationalement reconnus sur le processus d’infection par la Covid-19 et pour sa communication innovante à destination du grand public.

Budget 2021 : des milliards pour absorber la crise de la Covid-19

Le gouvernement allemand a adopté cette semaine son projet de loi de finances pour 2021. Il suspend le frein constitutionnel à l’endettement pour une seconde année consécutive et prévoit 96,2 milliards d’euros d’endettement supplémentaire pour lutter contre les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19.

Il s’agit du volume d’endettement le plus élevé de l’histoire de la République fédérale après celui de 2020. Nous traversons « une situation historique exceptionnelle », a justifié le ministre des Finances, Olaf Scholz. « Ne rien faire coûterait beaucoup plus cher à notre pays ». M. Scholz espère qu’ainsi, l’Allemagne sortira « vite et avec énergie » de la crise. Le frein à l’endettement devrait à nouveau être respecté en 2022.

Ce recours à l’endettement financera la poursuite du plan de relance allemand (130 milliards d’euros au total). Celui-ci vise à stabiliser l’économie ébranlée par la crise, à donner des impulsions à la croissance et à stimuler les investissements dans l’économie de demain. Au programme : des investissements dans les infrastructures (route, rail), la transformation écologique de l’économie, les structures de garde des enfants, etc. Le projet de loi de finances va désormais être examiné par le Bundestag et par le Bundesrat.

La crise sanitaire entraîne une baisse des salaires

L’activité partielle et les fermetures de magasins ont entraîné au deuxième semestre en Allemagne une baisse de 4 % des salaires nominaux et de 4,7 % des salaires réels. Il s’agit du recul le plus net enregistré depuis les premières statistiques, en 2007, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis). La réduction du nombre d’heures travaillées, et partant la baisse de rémunération ont, cependant, bien davantage affecté les salariés sans formation que les cadres dirigeants. La hausse des prix, quant à elle, s’est poursuivie (+0,8 %).

La Deutsche Bank ferme cent filiales

A l’instar d’autres établissements bancaires, la banque allemande a annoncé cette semaine qu’elle allait fermer 100 de ses 500 agences bancaires au cours des prochains mois, principalement dans les centres urbains. « Même des clients qui ne connaissaient pas grand-chose à la banque en ligne réalisent dorénavant beaucoup d’opérations courantes depuis chez eux sur l’ordinateur ou la tablette », justifie Philipp Gossow, directeur de la clientèle privée de la Deutsche Bank. Et le conseil au sujet d’opérations complexes comme la bourse s’effectue de plus en plus par téléphone ou visioconférence. Quant aux retraits d’argent liquide, ils se raréfient avec la généralisation des achats par carte bancaire  ou smartphone dans le sillage de la crise sanitaire. La Deutsche Bank prévoit de licencier du personnel, mais elle ne touchera pas à son effectif de conseillers. Le besoin de conseil est en effet en augmentation.

Décès de l’acteur et réalisateur Michael Gwisdek

Connu pour ses rôles dans « Goodbye, Lenin ! », « Rencontres nocturnes », « Boxhagener Platz » ou « Oh boy  », l’acteur allemand Michael Gwisdek est décédé mardi 22 septembre à l’âge de 78 ans. Né à Berlin en 1942, il s’était fait connaître sur les scènes théâtrales d’Allemagne de l’Est dans les années 1960, avant de rencontrer une popularité similaire à l’Ouest à partir des années 1980. Habitué des rôles au cinéma et à la télévision, il est passé derrière la caméra en 1988 et a vu son premier film, « Treffen in Travers », sélectionné au Festival de Cannes. Michael Gwisdek avait reçu l’Ours d’argent du meilleur acteur de la Berlinale en 1999 pour son rôle dans « Rencontres nocturnes » d’Andreas Dresen. Marié à l’actrice Corinna Harfouch, puis à l’écrivain Gabriela Gwisdek, il était également Lauréat du Prix du film allemand, du Prix allemand de la télévision et du Prix Grimme.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page