Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Du 18 septembre au 8 octobre se tient la Semaine européenne du développement durable. Samedi dernier, la chancelière Angela Merkel a appelé les États à redoubler d’efforts en ce sens pour réaliser les objectifs de l’Agenda 2030 de l’ONU

Du 18 septembre au 8 octobre se tient la Semaine européenne du développement durable. Samedi dernier, la chancelière Angela Merkel a appelé les États à redoubler d’efforts en ce sens pour réaliser les objectifs de l’Agenda 2030 de l’ONU, © dpa-Zentralbild

29.09.2020 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce mardi 29 septembre.

Développement durable : Angela Merkel appelle les États à l’action

Alors que se tient actuellement l’Assemblée générale des Nations unies, la chancelière Angela Merkel a appelé les États à faire davantage d’efforts pour mettre en œuvre les objectifs de développement durable (Sustainable Development Goals) de l’Agenda 2030 adopté en 2015 par la communauté internationale. « Au rythme actuel, la situation mondiale ne permettra pas qu’ils soient réalisés en 2030 », la date prévue, a-t-elle mis en garde dans son message vidéo hebdomadaire. Or, « il en va de la manière dont nous voulons vivre à l’avenir et répondre aux questions que pose la mondialisation à l’économie et à la société. L’objectif majeur est de créer les conditions d’une vie digne à l’échelle mondiale ».

Les 17 objectifs adoptés en 2015 concernent la réduction de la faim et de la pauvreté, la protection du climat, l’éducation, l’égalité des sexes, etc. La chancelière s’est félicitée que l’Allemagne ait déjà fait des progrès dans certains domaines comme le développement des énergies renouvelables. Mais, a-t-elle ajouté, « nous devons nous améliorer dans d’autres », comme l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. Plus d'informations

Covid-19 : nouvelle réunion État-länder ce mardi

L’Allemagne comptait au 29 septembre à minuit 287.421 cas d’infection au nouveau coronavirus, soit 2.089 de plus qu’hier, selon l’Institut Robert Koch (RKI), chargé de la veille sanitaire. Onze nouveaux décès ont été enregistrés en 24 heures. Cela porte à 9.471 le nombre de victimes de la pandémie. Le gouvernement appelle plus que jamais la population à la vigilance pour éviter une évolution incontrôlable de l’épidémie. La chancelière Angela Merkel rencontre une nouvelle fois les responsables des länder ce mardi pour faire le point sur la situation et discuter des mesures à prendre.

Décès de Wolfgang Clement, maître d’œuvre des réformes Hartz

L’ancien ministre Wolfgang Clement est décédé dimanche à l’âge de 80 ans. Placé à la tête d’un « superministère » de l’Économie et du Travail durant le second mandat du chancelier Gerhard Schröder (2002-2005), il avait été le maître d’œuvre des réformes Hartz du marché du travail. Il en était resté jusqu’à la fin l’un des plus fervents défenseurs.

Ancien journaliste né en 1940 à Bochum dans le bassin de la Ruhr, Wolfgang Clement avait débuté sa carrière politique au sein du Parti social-démocrate (SPD) de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest de l’Allemagne). Homme de passion éloquent, hyperactif et opiniâtre, il avait percé dans le sillage de Johannes Rau (1931-2006), ministre-président du land devenu par la suite président fédéral. Ministre régional de l’Économie, puis ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (1998-2002), Wolfgang Clement avait eu à gérer une région en reconversion avant d’être nommé ministre à Berlin.

Son credo était qu’aucune politique sociale n’était possible sans entreprises prospères. Modernisateur dans l’âme, il a mené d’importantes réformes socio-économiques, au premier rang desquelles les réformes Hartz de libéralisation du marché du travail (2003-2005). Il croyait dur comme fer qu’elles étaient la solution pour refaire de l’Allemagne, alors l’« homme malade de l’Europe », une locomotive économique.

De fait, en quinze ans, le nombre de chômeurs a été divisé par deux. Mais Wolfgang Clement, s’il a eu à annoncer début 2005 un record du nombre de chômeurs (plus de cinq millions), n’était plus là pour annoncer le redressement. Il se heurta, de plus, à une opposition croissante au sein de son propre parti, le SPD, qu’il finit par quitter en 2008.

Père de cinq filles, il est resté très actif comme journaliste, orateur ou médiateur jusqu’à ces derniers mois. Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, a rendu hommage à un « démocrate convaincu et convaincant ». « Nous nous souviendrons de son grand engagement politique, ainsi que sa manière ouverte et chaleureuse d’aller vers les gens », a-t-il ajouté.

Percée des Verts aux élections municipales en Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Confirmant leur percée lors de récents scrutins, les Verts allemands ont décroché dimanche la mairie de plusieurs grandes villes de Rhénanie-du-Nord-Westphalie dont Bonn (319.000 hab.), Wuppertal (350.000) et Aix-la-Chapelle (246.000). À Cologne (1,1 millions d’hab.), première agglomération du land le plus peuplé d’Allemagne, l’élection a été remportée par une candidate indépendante soutenue par les Verts et l’Union chrétienne-démocrate (CDU). Le parti conservateur est sorti globalement vainqueur du scrutin. Il a fait tomber dans son escarcelle la mairie de Düsseldorf, capitale du land (612.000 hab.). Arrivé en deuxième position à l’échelle régionale, le Parti social-démocrate (SPD) a, de son côté, reconquis l’un de ses bastions à Dortmund (586.000 hab.).

L’économie allemande donne des signes encourageants de reprise

L’indice Ifo, principal baromètre du climat des affaires en Allemagne, a enregistré en septembre sa cinquième hausse en cinq mois en grimpant de 92,5 à 93,4 points. Le baromètre de l’emploi connaît sa plus forte hausse depuis février (+0,9 point). Il traduit un regain des perspectives d’embauche dans les entreprises. Le baromètre de l’Institut de recherche sur le marché du travail et la formation professionnelle (IAB), attaché à l’Agence fédérale pour l’emploi, affiche la même tendance. Après une récession record de 9,7 % au printemps, les économistes et les pouvoirs publics s’attendent, en Allemagne, à un fort rebond de la croissance au sortir de l’été. Le pays devrait toutefois connaître, sur l’ensemble de l’année, une récession de 5 à 6 %.

L’intelligence artificielle fait moins peur aux Allemands

68 % des Allemands voient dans le développement des applications de l’intelligence artificielle (IA) une chance et 29 % un risque, selon une enquête de la bitkom, la fédération allemande des entreprises de l’informatique et des télécommunications. Il y a trois ans, enthousiastes et sceptiques étaient à égalité. Néanmoins, l’acceptation varie fortement d’un domaine à l’autre. Elle est élevée en ce qui concerne le secteur sanitaire (75 %), l’administration (73 %), la médecine (67 %), voire les ressources humaines (54 %), même si 49 % voient dans  les algorithmes un risque de discrimination à l’embauche. Elle fait davantage débat en ce qui concerne les transports, et surtout la voiture autonome. 57 % voient dans la voiture sans conducteur un risque supplémentaire d’accidents, 36 % a contrario une chance pour la sécurité routière. 30 % des Allemands pensent toutefois apercevoir ce type de voitures dans les rues en 2030. Plus d'informations

Ça roule pour le vélo électrique

Il grimpe les côtes, et il a la cote ! Le vélo électrique est en pleine expansion en Allemagne. Le nombre de foyers qui en possèdent un ou plus a triplé en cinq ans, passant de 1,5 million à 4,3 millions entre 2015 et 2020, selon l’Office fédéral des statistiques. De quoi réjouir les autorités qui souhaitent promouvoir la bicyclette comme mode de transport.

Covid-19 : 16 millions d’euros pour les galeristes

Le gouvernement allemand a débloqué 16 millions d’euros dans le cadre de son plan de relance pour soutenir les galeristes spécialistes d’art contemporain. L’aide sera attribuée par un jury pour financer le transport, les frais d’assurance, les dépenses d’impression ou l’embauche de personnel, sous réserve d’un apport de 10 %. Le plan de relance adopté en juin dernier en Allemagne prévoit une enveloppe de près d’un milliard d’euros pour la culture.

Des vêtements impériaux en majesté à Bamberg

Le Musée Diocésain de Bamberg (Bavière) présente jusqu’au 10 janvier 2021 une splendide sélection de vêtements impériaux issus de sa collection ou prêtés par d’autres institutions. L’exposition montre notamment six habits d’apparat de l’empereur Henri II (973-1024) et de son épouse, Cunégonde (980-1033). Parmi eux, le célèbre manteau couvert d’un ciel étoilé, une tunique et un rationnel, ornement liturgique dont Bamberg possède le plus ancien exemplaire existant. L’exposition clôt un projet de recherche qui a duré cinq ans. Plus d'informations

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page