Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Lost, élu mot jeune de l'année 2020 en Allemagne, désigne un jeune un peu perdu non pas dans sa ville mais dans sa vie, indécis quant à son avenir

« Lost », élu « mot jeune de l'année » 2020 en Allemagne, désigne un jeune un peu perdu non pas dans sa ville mais dans sa vie, indécis quant à son avenir, © dpa-Zentralbild

20.10.2020 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en ce mardi 20 octobre 2020.

« Lost », mot de l’année des jeunes Allemands en 2020

La jeunesse allemande est-elle désorientée par le coronavirus, les restrictions, la crise ? Bref, est-elle perdue ? C’est ce que semble suggérer le « mot de l’année des jeunes » élu en 2020 : «  lost  ». Au-delà du choix d’un adjectif anglais lors d’un vote lié à la langue allemande, on peut y lire l’expression d’un malaise, à tout le moins d’un manque de repères. Est « lost  » le jeune un peu perdu non pas dans sa ville mais dans sa vie, indécis quant à son avenir.

«  Lost » s’est imposé par 48 % des voix contre les autres finalistes, « cringe » et « wyld/wild », à l’issue d’un vote en ligne organisé par l’éditeur Langenscheidt. Pour les jeunes Allemands, « cringe  » (« frémir d’horreur » en anglais) ou « cringy  » exprime la gêne ressentie lorsqu’une tierce personne se couvre de honte… « fremdschämen », en quelque sorte. Quant à « wyld  » ou « wild  », c’est le nouveau «  krass » censé communiquer la stupeur ou l’enthousiasme.

« Les jeunes gens impriment souvent leurs propres codes à la langue pour se démarquer de la génération parentale. Il est donc tentant de recourir à l’anglais », affirme Artemis Alexiadou, chercheuse en linguistique à Berlin. « L’anglais est devenu une langue à la mode, très puissante, parlée dans le monde entier », complète son confrère Nils Bahlo. Elle se diffuse notamment sur les réseaux sociaux, les plateformes de streaming, les jeux vidéo en ligne ou les podcasts, très prisés par les jeunes.

L’Allemagne aux côtés de l’Irak

La chancelière Angela Merkel a réaffirmé ce mardi l’engagement de l’Allemagne aux côtés de l’Irak, en particulier dans la lutte contre Daech. L’organisation terroriste « reste une menace pour la région, et bien sûr au-delà », a-t-elle souligné en recevant à Berlin le Premier ministre irakien, Moustafa al-Kazimi. La chancelière a loué « la politique de voisinage » menée par Bagdad pour « apaiser les tensions » dans la région, ainsi que le « très ambitieux agenda » de réformes lancé par l’Irak en matière de lutte contre la corruption, d’Etat de droit, de monopole de la violence et d’économie. Le Bundestag doit se prononcer à la fin du mois sur la prolongation du mandat de la Bundeswehr en Irak dans le cadre de la coalition anti-Daech. L’Allemagne apporte également une aide financière à la stabilisation du pays (2,2 milliards d’euros ont été versés depuis le début de la lutte contre Daech).

Les 27 approuvent la stratégie « De la ferme à la table » pour une agriculture plus durable

Les 27 ministres européens de l’Agriculture réunis à Luxembourg ont approuvé à l’unanimité ce mardi la stratégie « De la ferme à la table », qui vise à rendre les systèmes alimentaires équitables, sains et respectueux de l’environnement. Présentée en mai, elle doit contribuer à ce que l’Union européenne atteigne son objectif de neutralité climatique à l’horizon 2050 et constitue un pan important du Pacte vert européen.

« C’est un signal important » en faveur d’une agriculture et d’une alimentation durables et économiquement viables, a commenté la ministre allemande de l’Alimentation et de l’Agriculture, Julia Klöckner, qui présidait ce Conseil Agriculture et Pêche. « Pour la première fois, c’est l’ensemble du système alimentaire qui est envisagé, du producteur au consommateur ».

« L’Allemagne [qui préside actuellement le Conseil des ministres de l’Union européenne, ndlr] a tenu à ce que les décisions adoptées soient applicables par les agriculteurs », a-t-elle ajouté. La Commission européenne a accepté de réaliser des études d’impact des mesures prises. Les nouvelles exigences devront être associées à des subventions et ne pas mettre en péril la compétitivité de l’agriculture européenne.

Les 27 ministres se sont, par ailleurs, accordés sur les quotas de pêche pour 2021 en mer Baltique. Ils poursuivaient leurs débats sur la réforme de la Politique agricole européenne (PAC). Plus d'informations

Le Sommet mondial des sciences de Berlin se réinvente sur le Web

Le Sommet mondial des sciences (World Science Summit) de Berlin se tiendra cette année essentiellement en ligne, du 1er au 10 novembre 2020. Chacun pourra y participer gratuitement, à condition de disposer d’un accès à Internet. Plus de 600 chercheurs de 111 pays y discuteront de leurs dernières découvertes sous le titre « The Falling Walls Breakthrough of the Year  » dans 10 domaines (sciences de la vie, physique, ingénierie et technologie, humanités et sciences sociales, sciences et arts, éducation numérique, gestion de la recherche et de l’innovation, talents émergents, start-up scientifiques, initiatives pour l’engagement scientifique). Les finalistes de chaque catégorie se verront remettre un prix le 9 novembre 2020, jour anniversaire de la chute du Mur de Berlin. Cet événement, organisé par la Falling Walls Conference et la Berlin Science Week, comprend plus de 200 présentations, tables rondes, ateliers et lectures à suivre en différé ou en live. Inscription gratuite : www.falling-walls.com

Un nouveau chef d’œuvre au Musée Städel

Le Musée Städel de Francfort-sur-le-Main a fait l’acquisition d’une nouvelle œuvre : « Autoportrait avec une flûte à champagne » du peintre et dessinateur allemand Max Beckmann (1884-1950). Ce tableau se trouvait déjà au musée depuis 2011, mais il s’agissait d’un prêt. Il fait maintenant partie de la collection permanente. L’opération a été soutenue par la déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias, Monika Grütters, ainsi que par plusieurs fondations et mécènes. Cette œuvre constitue « la pépite » de l’importante collection Beckmann du musée, a déclaré Mme Grütters. Créée en 1919, elle reflète une période riche en bouleversements. À travers le regard de l’artiste, elle invite non seulement à l’introspection, mais aussi à une réflexion sur l’histoire et l’identité allemandes, a ajouté la ministre d’État. Max Beckmann a vécu à Francfort de 1915 à 1930. C’est là qu’il a affiné son style. En 1925, la ville lui a fourni un atelier dans lequel une myriade de toiles ont vu le jour. Son art étant considéré comme « dégénéré » par les nazis, il a quitté l’Allemagne pour se réfugier à New York. Il s’y est éteint en 1950.

L’Allemagne accueillera-t-elle le prochain Mondial de foot féminin ?

La Fédération allemande de football (DFB) souhaite organiser avec la Belgique et les Pays-Bas la prochaine Coupe du monde féminine, prévue pour 2027. C’est la Fédération néerlandaise de football qui est à l’initiative de ce trio, placé sous la devise « Trois nations. Un but ».La DFB orchestre déjà la Coupe du monde masculine, qui se tiendra en 2024 en Allemagne. Accueillir trois ans plus tard le Mondial féminin serait « un nouveau temps fort de l’histoire du football », estime Fritz Keller, président de la DFB. Reste à négocier avec les autorités nationales et à remporter l’appel d’offres. La campagne s’incarnera dans trois visages : les sélectionneuses Silvia Neid (Allemagne), Sarina Wiegman (Pays-Bas) et Femke Maes (Belgique). Le Mondial féminin s’est déjà tenu en Allemagne (en 2011) et aux Pays-Bas (2017), mais ce serait la première fois qu’il se déroulerait en Belgique.

Rédaction : M.F./A.L.

Retour en haut de page