Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

L’Allemagne solidaire de la France après l’attentat de Nice

L’Allemagne solidaire de la France après l’attentat de Nice, © picture alliance/MAXPPP

30.10.2020 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en ce vendredi 30 octobre.

L’Allemagne solidaire de la France après l’attentat de Nice

L’Allemagne a exprimé jeudi sa solidarité avec la France après l’attaque au couteau qui a coûté la vie à trois personnes à Nice. « Je suis profondément bouleversée par les assassinats atroces perpétrés dans une église de Nice », a déclaré la chancelière Angela Merkel. « Mes pensées vont aux proches des victimes et aux blessés. La nation française peut compter en ce moment difficile sur la solidarité de l’Allemagne ». De son côté, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a déclaré sur Twitter : « Le terrible assassinat de Nice est un acte de terrorisme. […]. L’islamisme radical tue et ne doit pas avoir sa place dans notre société ».

UE : les 27 veulent renforcer leur coopération face à la pandémie

A l’heure où l’Europe connaît une forte recrudescence des contaminations à la COVID-19, les 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne (UE) se sont accordés vendredi sur un renforcement de leur coopération dans la lutte contre la pandémie. Ils entendent miser sur la rapidité du dépistage, sur l’harmonisation des applications de traçage, voire sur celle des mesures de quarantaine pour tenter de contrôler la propagation du virus. Ils veulent, par ailleurs, renforcer leur coopération concernant les vaccins.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, qui participait à la visioconférence aux côtes de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a demandé l’accélération de la reconnaissance réciproque des tests de dépistage rapide en cours de mise sur le marché. Ils sont susceptibles de « réduire l’impact négatif [de la pandémie] sur la liberté de mouvement et sur notre marché intérieur », a-t-il souligné. La Commission a émis cette semaine des recommandations sur les stratégies de dépistage et l’utilisation des tests antigéniques. Elles serviront de base aux 27. Plus d'informations

L’Allemagne reste le pays qui a la meilleure image

Selon le Nation Brands Index de l’Institut Ipsos, l’Allemagne est le pays du monde qui a la meilleure image à l’étranger en 2020. Elle confirme sa première place pour la 4e année consécutive et pour la 6e fois depuis 2008. Elle devance cette année le Royaume-Uni, le Canada, le Japon et la France.

Son atout, selon Ipsos, est de posséder un fort capital en termes d’image dans de nombreux domaines : les exportations, la gouvernance, l’immigration et les investissements. La bonne santé de son marché du travail, la qualité des produits allemands et l’attractivité des entreprises allemandes pour les investisseurs constituent aussi des bons points reconnus à l’étranger. Enfin, plus de la moitié des sondés juge positivement la manière dont l’Allemagne gère la crise de la COVID-19.

L’enquête évalue 50 nations industrialisées. Elle repose sur 20.000 entretiens réalisés dans 20 pays entre le 7 juillet et le 31 août dernier. Plus d'informations

Le salaire minimum allemand passera la barre des 10 € de l’heure en 2022

Le gouvernement allemand a approuvé cette semaine en conseil des ministres une augmentation du salaire minimum légal en quatre étapes qui le portera à 10,45 € bruts de l’heure en 2022. De 9,35 € actuellement, il passera à 9,50 € au 1er janvier 2021, à 9,60 € au 1er juin 2021, à 9,82 € au 1er janvier 2022 et à 10,45 € au 1er juillet 2022. Le gouvernement s’est rangé aux dernières recommandations de la Commission du salaire minimum. Composée des partenaires sociaux et, à titre consultatif, de deux scientifiques, celle-ci est chargée de réévaluer tous les deux ans le montant du salaire minimum, instauré en Allemagne en 2015.

Des signaux positifs sur le marché du travail malgré la pandémie

Le nombre de demandeurs d’emploi a diminué de 35.000 en données corrigées des variations saisonnières (- 87.000 en données brutes) pour atteindre 2,76 millions, en Allemagne, en octobre 2020. Le taux de chômage est en baisse de 0,2 point sur un mois à 6 %.

« Le chômage et l’activité réduite ont fortement reflué » en raison de la reprise de la rentrée, s’est félicité le directeur de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA), Detlev Scheele. Le sous-emploi a concerné 3,552 millions de personnes en octobre, soit 40.000 de moins qu’en septembre. Le nombre d’offres d’emploi comptabilisées, en chute libre au printemps, est nettement reparti à la hausse.

Selon M. Scheele, « la première vague de la pandémie a toutefois laissé des traces profondes ». Sur un an, le nombre de chômeurs a augmenté de 556.000, le taux de chômage de 1,2 % et le nombre de personnes en sous-emploi de 420.000. A l’inverse, le nombre d’actifs rémunérés (44,86 millions enregistrés en septembre) a baissé de 649.000 et le nombre d’offres d’emploi comptabilisées de 162.000. Plus d'informations

Le Prix de l’Environnement récompense un spécialiste du climat et deux entrepreneurs

Le 28e Prix de la Fondation allemande pour l’Environnement (DBU) a été remis cette semaine à Hanovre (Basse-Saxe). Il récompense le Professeur Ottmar Edenhofer, directeur de l’Institut pour la recherche climatique de Potsdam, ainsi qu’Annika et Hugo Sebastian Trappmann, deux entrepreneurs de Limburg (Hesse) à la tête d’une entreprise familiale de tôle pionnière du développement durable en Allemagne. Eminent spécialiste du climat, Ottmar Edenhofer conseille le gouvernement allemand. Il a joué un rôle important dans la négociation de l’Accord de Paris sur le climat en 2015. D’un montant de 500.000 € au total, le Prix de la DBU est l’un des prix de l’environnement les mieux dotés d’Europe. Plus d'informations

Chemnitz désignée Capitale européenne de la culture 2025

Chemnitz sera Capitale européenne de la culture en 2025. La troisième ville de Saxe après Leipzig et Dresde a été désignée hier en Allemagne au terme d’une compétition marathon face à Hanovre, Hildesheim, Magdebourg et Nuremberg. La décision a soulevé une vague de liesse dans cette ville industrielle de l’est de l’Allemagne qui mise sur la culture et héberge notamment d’importantes Collections d'art, ainsi qu’un musée national d'archéologie.

Chemnitz a convaincu le jury par son esprit d’initiative et sa forte mobilisation. Capitale européenne de la Culture, elle entend devenir une scène internationale pour l'art et la culture contemporains. Elle sera la quatrième ville d’Allemagne à porter ce titre créé en 1985 après Berlin-Ouest (1988), Weimar (1999), ainsi qu’Essen et le bassin de la Ruhr (2010).

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page