Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

La crise sanitaire apparaît comme un tremplin à la numérisation aux yeux de nombreux chefs d'entreprise allemands. A Düsseldorf vient même d'ouvrir un supermarché géré par des robots

La crise sanitaire apparaît comme un tremplin à la numérisation aux yeux de nombreux chefs d'entreprise allemands. A Düsseldorf vient même d'ouvrir un supermarché géré par des robots, © picture alliance/Zoonar

17.11.2020 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce mardi 17 novembre 2020.

La crise sanitaire vue comme un moteur de la numérisation

La pandémie de COVID-19 renforce l’importance du numérique aux yeux de 86 % des chefs d’entreprise allemands. C’est ce que révèle un sondage de la fédération allemande des technologies de l’information et de la communication, Bitkom, auprès de 605 entreprises de plus de 20 salariés. « La pandémie est très clairement un moteur de la numérisation de l’économie allemande », commente Achim Berg, président de la Bitkom.

70 % des répondants jugent que les entreprises dont le modèle d’affaires était déjà très axé sur le numérique s’en sortent mieux face à la crise. 97 % qualifient le numérique de chance, ce qui représente sept points de plus qu’en avril. Parmi les défis à surmonter, ils citent la protection des données (69 %), la sécurité (58 %) et le manque de main-d’œuvre qualifiée (55 %).

Enfin, s’ils estiment très majoritairement (84 %) que la crise renforce l’importance de la numérisation pour leur propre entreprise, les sondés ne sont que 43 % à y investir davantage. 30 % ont même réduit leurs investissements. « Tous ne sont pas en mesure de [réaliser ces investissements], loin s’en faut », commente Achim Berg. C’est notamment le cas des PME de moins de 500 salariés. La Bitkom redoute l’apparition d’une fracture au sein de l’économie allemande. Plus d'informations

Casse de la Voûte verte : trois suspects arrêtés

Spectaculaire, l’affaire avait fait le tour du monde. Un an après le vol de joyaux historiques au musée de la Voûte verte à Dresde (Saxe), les enquêteurs ont arrêté ce mardi trois suspects à Berlin. Il s’agirait, selon la presse allemande, de membres d’un clan connu des services de police, déjà mis en cause dans le cadre d’autres affaires, dont le vol d’une  pièce d’or de 100 kg au Musée Bode de Berlin. Selon le parquet de Dresde, deux des suspects sont soupçonnés de vol aggravé en bande organisée et d’incendie volontaire. Deux autres personnes sont encore activement recherchées.

Coronavirus : la Bundesbank s’attend à un ralentissement économique

Dans son dernier rapport mensuel, la banque centrale allemande prévoit une croissance au ralenti au quatrième trimestre. « Après la très forte croissance enregistrée durant l’été, la performance macroéconomique pourrait stagner, voire décliner » sous l’effet des nouvelles mesures de restriction dans la lutte contre la Covid-19, indique-t-elle. Celles-ci ne concernent certes que certains secteurs (hôtellerie-restauration, loisirs, culture), mais la deuxième vague de l’épidémie en Europe tarit les exportations. Selon les économistes de la Bundesbank, une chute du produit intérieur brut (PIB) comparable à celle du printemps dernier est toutefois peu probable. La récession de 9,8 % enregistrée au deuxième semestre avait été suivie d’un puissant rebond de +8,2 % au troisième.

DAX : les femmes P.D.G. mieux payées que les hommes

Selon le cabinet de conseil EY, les (rares) femmes qui dirigent des entreprises du DAX (les 30 premières capitalisations boursières en Allemagne) sont mieux payées que leurs homologues masculins. En 2019, elles ont gagné en moyenne 2,14 millions d’euros, soit 23,1 % de plus que ces derniers (1,74 millions d’euros). Tous ont toutefois vu leurs rémunérations baisser l’an dernier en raison des difficultés conjoncturelles, de 4,6 % en moyenne (-5,9 % pour les femmes, -3 % pour les hommes). Pour 2020, le cabinet EY table sur une baisse des rémunérations des P.D.G. de 10 % à 15% en raison de la crise du coronavirus. Plus d'informations

Des artistes de renom font don de leurs œuvres au profit de personnes sans domicile fixe

55 artistes, dont des signatures renommées comme Gerhard Richter, Markus Lüpertz et Rosemarie Trockel, viennent de donner 500 œuvres au profit de l’association « Kunst hilft geben ». « En hiver, et à l’heure de la crise sanitaire, des milliers de personnes sans domicile se battent dans la rue pour survivre à Cologne, en Rhénanie-du-Nord-Wesphalie et dans toute l’Allemagne », souligne Dirk Kästel, dirigeant-fondateur de cette association de Cologne. « Nous essayons d’apaiser un peu leur détresse ». Parmi les dons figurent des reproductions signées d’œuvres de Gerhard Richter d’une valeur de 20.000 € et 30.000 €, ainsi qu’une sculpture en bronze de Marus Lüpertz évaluée à 54.000 €. Une partie de ces originaux et reproductions (dont certaines à 300 €) sont proposées à la vente sur le site www.charitycologne.de

L’écrivaine Marion Poschmann se voit décerner le Prix de littérature de Brême

Déjà lauréate de très nombreux prix littéraires et plusieurs fois finaliste du Prix du livre allemand, la poétesse et romancière Marion Poschmann va recevoir le Prix de littérature de la ville de Brême, doté de 25.000 €. Il lui sera remis en janvier pour son recueil poétique « Nimbus » (Suhrkamp, 2020), une œuvre qui transpose la tradition de la poésie de la nature à l’ère du changement climatique et de l’érosion de la biodiversité. Les poèmes de Marion Poschmann « fondent ensemble des souvenirs d’enfance, des observations précises de la réalité présente et des réservoirs de savoir historiques pour former des images naturelles d’une richesse captivante », a loué le Jury.

275.000 dollars pour une lettre de Beethoven

Une lettre du compositeur Ludwig van Beethoven (1770-1827) a dépassé toutes les attentes lors d’une vente à Dallas en atteignant le prix de 275.000 dollars. C’est quatre fois la somme demandée et l’un des prix les plus élevés obtenus ces dernières années pour un manuscrit du musicien allemand. « Il y a peu de manuscrits de Beethoven sur le marché, et celui-ci fascine parce qu’il y parle de sa musique », indique Sandra Palomino de la maison de vente aux enchères Heritage Auctions. Dans cette missive, le compositeur de la Neuvième Symphonie prie un certain M. de Baumann de lui restituer la partition d’un trio pour piano tout en promettant de la lui rendre sous quelques jours, accompagnée d’une sonate pour violon. Le manuscrit est légèrement froissé et jauni, mais en bon état, indique Heritage Auctions.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page