Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

En 2020,la population allemande n'a pas augmenté. Une première depuis près de dix ans

En 2020,la population allemande n'a pas augmenté. Une première depuis près de dix ans, © picture alliance / Jochen Tack | Jochen Tack

12.01.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce mardi 12 janvier 2021.

Pour la première fois depuis dix ans, la population allemande n’augmente pas

L’Allemagne comptait 83,2 millions d’habitants fin 2020, un chiffre stable, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis). C’est la première fois depuis 2011 que la population allemande n’augmente pas. Destatis y voit l’effet d’une moindre immigration due à la pandémie, à laquelle s’ajoute une surmortalité par rapport à 2019. Le solde migratoire oscillerait ainsi entre 180.000 et 240.000 personnes, contre 327.060 en 2019. Par ailleurs, au moins 980.000 décès ont été enregistrés, contre 939.520 en 2019. Le déficit des naissances s’est, de plus, aggravé. Depuis l’Unification, en 1990, la population allemande a eu tendance à croître de manière continue, sauf en 1998 et de 2003 à 2010. Sans l’immigration, précise toutefois destatis, elle sera en baisse de puis 1972.

Coronavirus : les hôpitaux allemands surchargés

Le directeur général de la Société allemande des hôpitaux, Georg Braun, tire la sonnette d’alarme. Avec 25.000 patients atteints du Covid-19 actuellement soignés dans les hôpitaux, dont « quelque 6.000 en soins intensifs, le système de soins allemand est extrêmement sollicité, et même au-delà de ses capacités dans de nombreuses cliniques », affirme-t-il ce mardi dans le quotidien « Rheinische Post ». Le problème réside dans le manque de personnels. Les soins intensifs requièrent, en effet, beaucoup plus de soignants auprès des patients. Or, les affections graves courantes (infarctus, accidents, opérations) nécessitent aussi d’importants effectifs. Cela justifie pleinement les mesures actuelles de confinement, conclut le médecin. L’Allemagne compte actuellement 322.300 cas d’infection et 41.577 décès liés au coronavirus, dont 12.802 cas et 891 décès de plus ces dernières 24 heures.

« Dictature sanitaire », néologisme douteux de l’année

Les expressions « dictature sanitaire » (« Corona-Diktatur ») et « parrainage pour le rapatriement » (« Rückführungspatenschaft ») ont été élus ce mardi « néologismes les plus douteux de l’année » en Allemagne. Le jury indépendant, composé de linguistes et de journalistes, a examiné cette année 1826 propositions envoyées de toute l’Allemagne. La grande majorité (625 propositions sur 1826) évoquait la crise du coronavirus. Mais d’autres sujets, tels que la crise migratoire, donnent également lieu à des créations linguistiques de mauvais goût, a souligné le jury. C’est la raison pour laquelle deux néologismes, au lieu d’un seul, ont été retenus cette année, ont expliqué les jurés.

Les commerçants confinés inquiets pour l’avenir

Malgré les milliards d’euros débloqués par l’Etat fédéral, près de 80 % commerçants allemands actuellement fermés dans le cadre du confinement estiment les aides de l’Etat insuffisantes pour assurer leur survie. C’est ce que révèle une enquête de la Fédération allemande du commerce (HDE) auprès de 1.500 commerçants. Les sondés réclament un soutien supplémentaire de la part de l’Etat. Dans le cas contraire, 23 % s’attendent à mettre la clé sous la porte au premier semestre 2021, et 28 % dans la deuxième partie de l’année.

Droit au télétravail : le débat relancé

Récemment retoquée par les conservateurs de la majorité, l’idée d’un droit au télétravail revient sur le devant de la scène à la faveur du deuxième confinement. La Confédération allemande des syndicats (DGB) réclame sa mise en œuvre, et plusieurs voix se prononcent en ce sens dans plusieurs partis. L’éventail des revendications va de la création d’un droit pour les salariés à des amendes pour les entreprises qui imposent à des salariés qui pourraient télétravailler d’être présents physiquement dans l’entreprise. De fait, seuls 14 % des salariés travaillaient depuis chez eux en novembre 2020, contre 27 % en avril. Cette proportion a grimpé à un quart des salariés en décembre. Elle devrait encore augmenter au mois de janvier. Mais certains responsables craignent qu’une partie des entreprises ne joue pas le jeu. Le patronat invoque les caractéristiques des postes et surtout la mise en place de mesures sanitaires adéquates pour rejeter la mise en place d’un droit (contraignant) au télétravail. Les entreprises ne sont pas des lieux de contaminations, souligne-t-il. Le ministre du Travail et des Affaires sociales, Hubertus Heil, leur a en tout cas lancé un appel. Elles doivent permettre le télétravail là où c’est possible et respecter à la lettre les mesures sanitaires dans leurs locaux. Bien qu’il faille éviter à tout prix de mettre l’économie à l’arrêt, a-t-il dit, des mesures de fermeture ne sont pas à exclure si nécessaire.

Les Allemands ont bu plus de vin en 2020

Les Allemands ont consommé 20,7 litres de vin par personne, en moyenne, entre août 2019 et juillet 2020, selon l’Institut allemand du vin. C’est 0,6 litre de plus que sur les douze mois précédents. Des chiffres étonnants à l’heure de la fermeture des bars et des restaurants. Selon directrice de l’Institut, Monika Reule, les Allemands ont acheté davantage de vin pendant le (premier) confinement, parce qu’ils ne sont pas partis en vacances et parce qu’ils ont profité de la période pour reconstituer leur cave. Avec 17,2 millions d’hectolitres absorbés, l’Allemagne est le 4e plus important consommateur de vin derrière les Etats-Unis (33 millions d’hectolitres), la France (26,5 millions) et l’Italie (22,6 millions).

Simon Rattle va prendre la direction de l’Orchestre symphonique de la radio bavaroise

Le chef britannique a signé avec l’orchestre de Munich un contrat de cinq ans. Il s’installera au pupitre à compter de la saison 2023/24 à la place du Letton Mariss Jansons, décédé en 2019. Actuel directeur musical du London Symphonic Orchestra, Sir Simon Rattle a marqué les esprits en dirigeant pendant 16 ans (2002-2016) l’Orchestre Philharmonique de Berlin. « Avec sa passion, l’étendue de sa palette artistique et son charisme, il constituera un successeur extrêmement digne à Mariss Jansons », s’est félicité l’intendant de la radio bavaroise, Ulrich Wilhelm. « Il incarne comme personne la recherche de nouvelles voies pour susciter l’enthousiasme du public pour la musique. »
Rédaction : A.L.

Retour en haut de page