Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Le marché du travail allemand subit les effets drastiques du confinement, mais reste globalement solide, selon l'Office fédéral des statistiques

Le marché du travail allemand subit les effets drastiques du confinement, mais reste globalement solide, selon l'Office fédéral des statistiques, © picture alliance/dpa/dpa-Zentralbild | Matthias Rietschel

02.02.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce mardi 2 février 2021

Le marché du travail allemand reste solide face à la crise

Alors que l’Allemagne reste confinée, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 193.000 au mois de janvier pour atteindre 2,901 millions, soit 6,3 % des actifs. Il a toutefois baissé en données corrigées des variations saisonnières, précise l’Agence fédérale pour l’emploi. « Au total, le marché du travail se montre robuste », note son président, Detlev Scheele. Un diagnostic partagé par le ministre du Travail et des Affaires sociales. Le choc est beaucoup moins brutal que lors du premier confinement, souligne Hubertus Heil. « Les mesures de lutte contre la pandémie laissent néanmoins des traces », constate M. Scheele. Selon les données collectées du 1er au 25 janvier, 745.000 personnes étaient soumises au régime de l’activité partielle. Le nombre de personnes exerçant une activité rémunérée s’est, par ailleurs, stabilisé à un niveau assez bas (44,68 millions), en baisse de 756.000 sur un an. Plus d'informations

Surmortalité en Allemagne à la fin de 2020

Selon l’Office fédéral des statistiques (destatis), l’Allemagne a enregistré 29 % de décès de plus que la moyenne des quatre années précédentes au mois de décembre, et 12 % de plus au mois de novembre. Il faut remonter à la grippe de Hong-Kong, en 1969, pour retrouver des chiffres de mortalité comparables au mois de décembre (plus de 100.000 décès en un mois). L’évolution est moins nette sur l’ensemble de l’année, qui a été marquée par plusieurs phénomènes particuliers. Avec 982.489 décès, soit 42.969 de plus qu’en 2019, l’Allemagne enregistre en 2020 une surmortalité de 5 %, dont 1 à 2 % sont liés à des phénomènes prévisibles (année bissextile et vieillissement de la population). Plus d'informations

Les coiffeurs ne veulent pas (s’)éteindre

Fermés depuis plusieurs semaines pour cause de confinement, de nombreux coiffeurs allemands ont décidé dimanche 31 janvier de laisser la lumière allumée dans leur salon pendant 24 heures. Une manière d’attirer l’attention sur les difficultés financières qu’ils traversent. Une façon aussi de réclamer leur réouverture au 15 février. Celle-ci était déjà espérée pour le 1er février.

Des jours fériés en plus face à la pandémie

1er mai, fête nationale, Noël : en 2021, beaucoup de jours fériés tombent durant le week-end. Selon le quotidien « Saarbrücker Zeitung », des responsables politiques de plusieurs partis allemands seraient favorables à ce que les salariés puissent exceptionnellement les rattraper. Ce serait un signe de « reconnaissance et un bonus simple en cette période de pandémie si les salariés pouvaient être en congé le lundi suivant », argue ainsi Dirk Wiese, vice-président du Parti social-démocrate (SPD) au Bundestag.

Sans sucre, le chocolat n’est pas… du chocolat !

Le dernier-né de la marque allemande Ritter Sport, célèbre pour ses plaques de chocolat carrées, se heurte aux rigueurs de la loi allemande sur les produits alimentaires. Baptisé « Cacao Y Nada  » (« Du cacao et rien d’autre »), il est constitué à 100 % de cacao récolté au Nicaragua, et se targue de compenser l’amertume du fruit pur par un goût sucré obtenu grâce un extrait de pulpe de fève de cacao. Or, ce procédé original lui interdit de porter le nom de chocolat… Ce dernier est réservé aux produits contenant… du sucre.

Rédaction : A.L.

 

Retour en haut de page