Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Françoise Cactus et Brezel Göring, son alter ego à la ville comme à la scène ont abordé une multitude de genres musicaux avec leur duo Stereo Total. La chanteuse s’est éteinte à l’âge de 57 ans

Françoise Cactus et Brezel Göring, son alter ego à la ville comme à la scène ont abordé une multitude de genres musicaux avec leur duo « Stereo Total ». La chanteuse s’est éteinte à l’âge de 57 ans, © picture alliance / POP-EYE | POP-EYE/Markus Green

19.02.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce vendredi 19 février 2021.

Mort de Françoise Cactus, la plus berlinoise des musiciennes françaises

Aux côtés de son alter ego à la ville et à la scène Brezel Göring, elle était depuis 26 ans l’énergie du duo musical berlinois « Stereo Total ». La musicienne, autrice, dessinatrice et animatrice de radio Françoise Cactus est décédée mercredi, à l’âge de 57 ans, d’un cancer du sein. Originaire de Bourgogne, de son vrai nom Françoise Vanhove, elle avait gagné les rives de la Spree en 1986 pour y fonder un groupe de filles, « Les Lolitas », populaire dans le Berlin-Ouest de l’époque. Après la chute du Mur, elle avait rencontré Brezel Göring. Le duo avait imaginé en 1995 l’aventure musicale de « Stereo Total », un groupe de musique pop indépendantà la créativité et à l’enthousiasme débordants. Admirateurs de Brigitte Fontaine et de Jacno, ils ont abordé une multitude de genres musicaux, du yé-yé à la chanson française en passant par la new wave, le punk rock, le disco ou la pop synthétique. Leurs chansons en allemand, français et anglais les ont amenés en tournée jusqu’au Japon et aux Etats-Unis. Françoise Cactus avait ainsi résumé en 1995 leur rapport on ne peut plus ludique à la musique : « On bidouille avec mille styles et on en sort un truc quelconque ».

Covid-19 : reflux des contaminations, Berlin mise sur les tests antigéniques

L’épidémie de Covid-19 poursuit son reflux en Allemagne. Le taux d’incidence sur sept jours pour 100.000 habitants est retombé à 57,1 (contre près de 200 fin décembre). 10.207 nouvelles contaminations et 534 nouveaux décès ont été comptabilisés ces dernières 24 heures, portant à 66.698 le nombre de morts liés à la pandémie en Allemagne.

Les chiffres sont « encourageants », a souligné mercredi le ministre fédéral de la Santé, Jens Spahn, lors d’une conférence de presse. « Nos mesures sont efficaces. [ …] Mais cela signifie aussi qu’il nous faut rester très prudents si nous sortons progressivement du confinement en raison des variants ». Ces derniers continuent, en effet, à se multiplier. Le variant « britannique » représentait  6 % des contaminations il y a quinze jours, contre 22 % aujourd’hui.

Dans ces conditions, Berlin va démultiplier l’offre de tests antigéniques rapides à partir du 1er mars. Désormais « disponibles en quantité et en qualité suffisantes », ces tests gratuits qui offrent un résultat en 15 minutes, ne seront plus seulement proposés dans les maisons de retraite, les EHPAD, les cliniques ou en cas d’infection mais aussi pour le grand public en pharmacie et dans des centres de test ad-hoc. Des autotests seront également mis sur le marché dans les prochaines semaines, a annoncé M. Spahn.

Quant à la campagne vaccinale, « elle va pouvoir prendre de l’élan », s’est félicité le ministre. Dix millions de doses doivent arriver en Allemagne d’ici à la fin de la semaine prochaine. Aujourd’hui, plus de 4,6 millions de personnes ont déjà reçu l’injection, et plus de 1,6 million les deux doses. Plus d'informations

Economie : en quête d’une stratégie de déconfinement

A l’issue d’une réunion virtuelle avec les représentants d’une quarantaine de fédérations professionnelles, le ministre allemand de l’Economie et de l’Energie, Peter Altmaier, a souligné la nécessité d’offrir une perspective de réouverture aux commerçants, hôteliers, restaurateurs, professionnels de l’événementiel et du tourisme frappés par la crise sanitaire. Il entend réunir les concepts sanitaires qui lui ont été proposés par les différents acteurs et les introduire dans le débat sur la stratégie de déconfinement. Le gouvernement allemand a, par ailleurs, supprimé le plafond de chiffre d’affaires de 750 millions d’euros pour l’accès aux aides d’urgence de l’Etat afin de pouvoir venir en aide aux grosses PME. Plus de 80 milliards d’euros d’aides aux entreprises et 23 milliards d’euros d’allocations de chômage partiel ont été débloquésdepuis le début de la pandémie. Plus d'informations

Bientôt des vaccins AstraZeneca produits en Saxe

Le fabricant allemand IDT Biologika, basé à Dessau-Rosslau (Saxe), s’apprête àproduire des vaccins contre le SARS-CoV2 du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca. L’objectif de cette coopération est d’accroître les capacités de production en Europe. L’entreprise allemande, qui développe par ailleurs son propre vaccin anti-Covid-19, met en avant les atouts des vaccins à vecteur viral. Ils possèdent l’avantage d’être faciles à stocker et relativement adaptables aux variants, souligne son directeur, Jürgen Betzing. IDT Biologika est ainsi en train d’investir dans cinq bioréacteurs. Ils doivent lui permettre de produire chacun 2.000 litres de vaccin et seront lancés en 2022. Le laboratoire allemand, fondé en 1921, espère ainsi devenir l’un des plus grands sites de production de vaccins en Europe avec une capacité de 30 à 40 millions de doses par mois.

La crise sanitaire a réduit le pouvoir d’achat des Allemands

Selon les premières données de l’Office allemand des statistiques (destatis), la crise sanitaire a entraîné une baisse des salaires nominaux en Allemagne, une première depuis 2007. Les salaires nominaux ont baissé de 0,6 % en 2020, et les salaires réels (en tenant compte de l’inflation) de 1 %. La principale raison réside dans le recours massif à l’activité partielle (d’autant que les allocations de chômage partiel ne sont pas comptabilisées comme « salaire »). La Fédération allemande des syndicats (DGB) s’inquiète d’une évolution qui pourrait menacer la consommation, le premier pilier de la croissance allemande. L’Institut de macroéconomie et d’étude de la conjoncture (IMK) s’attend toutefois à ce que la réduction des fermetures d’entreprises liées à la pandémie redore les salaires en 2021. Plus d'informations

Maria Eichhorn représentera  l’Allemagne à la Biennale de Venise en 2022

Le Pavillon allemand de la 59e Biennale d’art de Venise, en avril 2022, présentera les œuvres de Maria Eichhorn. L’artiste berlinoise, née à Bamberg en 1962, est l’auteure d’une œuvre très respectée sur la scène internationale, a souligné le commissaire d’exposition, Yilmaz Dziewior. Elle est connue pour son approche conceptuelle et pour son humour subtil. A l’aide de gestes minimalistes, d’installations dans l’espace et d’œuvres processuelles, elle analyse durablement les structures de pouvoir institutionnelles, le système politique et le fonctionnement de l’économie. « C’est l’artiste que j’ai depuis toujours voulu voir au Pavillon allemand »,  s’enthousiasme Yilmaz Dziewior. « Je pense qu’il n’existe pas beaucoup de positions artistiques qui se confrontent d’une manière aussi variée et avec autant d’intensité à l’histoire allemande et à ses conséquences dans le présent ». Lors de l’exposition Documenta 2017, à Cassel (Hesse), Maria Eichhorn s’était intéressée à la spoliation des biens juifs : elle avait érigé une immense bibliothèque remplie de livres acquis illégalement. Quinze ans plus tôt, elle avait fondé pour l’exposition Documenta une société anonyme dont le capital ne pouvait plus se multiplier. Elle enseigne depuis 2003 à l’Université des Beaux-Arts de Zürich. Plus d'informations

Les dernières répétitions de Bertolt Brecht publiées sous forme de livre audio

L’Académie des Beaux-Arts de Berlin a retrouvé dans ses archives les prises des dernières répétions théâtrales de Bertolt Brecht. Elle les publie aujourd’hui sous la forme d’un livre audio. Il s’agit d’une mise en scène de la pièce « La vie de Galilée » au Berliner Ensemble, dans les années 1955 et 1956. On y retrouve le côté très « pratique » du dramaturge allemand : « pas de théorie, mais le plaisir d’intervenir, de faire de l’humour, de jouer sur la sensualité et d’interagir avec un comédien comme Ernst Busch », commente l’Académie. Les quelque cent heures d’enregistrement retrouvées ont été ramenées à trois CD de 151 minutes au total. Intitulés « Brecht répète Galilée » (« Brecht probt Galilei  »), ils seront officiellement présentés en direct sur la chaîne YouTube de l’Académie mardi 23 février à 19 heures. Plus d'informations

Carnaval : pas de défilés mais… en avant la musique !

Malgré l’annulation des fêtes et des défilés du carnaval en raison de la pandémie, la musique de carnaval fait danser l’Allemagne. Sur les cent titres les plus écoutés le week-end dernier, un sur dix y avait trait, selon un sondage GfK Entertainment. En tête du hit-parade de l’année 2021 : les chansons « Kölsche Jung  » et « Polka, Polka, Polka » par le groupe de Cologne Brings.

Prix Franco-Allemand du Journalisme : candidatures jusqu’au 1er mars !

Journalistes, c’est le moment de déposer votre candidature au Prix Franco-Allemand du Journalisme (PFAJ) ! Peuvent concourir à l’édition 2021 des sujets uniques, des séries et des dossiers dans les catégories Vidéo, Audio, Écrit et Multimédia, qui abordent l’actualité, l’Histoire et les coulisses d’événements actuels de façon critique, mais aussi avec humour ou empathie. La palette des thématiques est très large : elle va de regards portés sur le quotidien des personnes sous la forme de documentaires ou de sujets de société à l’analyse politique, en passant par le reportage, l’essai et le commentaire sur des événements majeurs de l’année passée, ou encore par des points de vue français, allemands ou européens sur des questions importantes de notre époque. Les sujets déposés doivent avoir été publiés une première fois avant le 1er mars 2021. L’inscription se fait en ligne sur le site internet du PFAJ.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page