Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Le gouvernement allemand veut utiliser les expériences faites pendant la pandémie comme tremplin pour intensifier l'utilisation des technologies numériques en matière de formation continue

Le gouvernement allemand veut utiliser les expériences faites pendant la pandémie comme tremplin pour intensifier l'utilisation des technologies numériques en matière de formation continue, © picture alliance / Zoonar | lev dolgachov

22.02.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce mardi 23 février 2021.

Berlin lance une initiative pour la formation numérique

Télétravail, visioconférences, enseignement à distance : depuis le début de la pandémie, les technologies numériques ont pris une place croissante dans nos vies. À Berlin, le gouvernement veut en faire un tremplin pour intensifier leur usage dans le domaine de la formation. Ce lundi, la chancelière Angela Merkel et la ministre fédérale de l’Éducation et de la Recherche, Anja Karliczek, ont donné le coup d’envoi d’une vaste « Initiative pour la formation numérique ». Son principal instrument sera la création d’une Plateforme nationale de formation. Il s’agira d’un « système ouvert » de contenus pédagogiques numériques. Il sera accessible à tous quel que soit l’âge ou le niveau d’études. Berlin envisage, par ailleurs, la mise en ligne d’une application permettant à chacun de s’informer et de se former en matière d’exploitation des données numériques. Le lancement de cette initiative a eu lieu lors d’un débat avec des experts qui a permis de mettre en avant les pratiques exemplaires et innovantes nées pendant la pandémie. Plus d'informations

Les dépenses allemandes de recherche atteignent 3,2 % du PIB

L’Allemagne s’approche de son objectif d’atteindre un niveau de dépenses de recherche et développement (R&D) correspondant à 3,5 % de son produit intérieur brut (PIB) à l’horizon 2025. De 2,9 % du PIB en 2014, ses dépenses de R&D ont, en effet, grimpé à 3,2 % en 2019, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis). L’Allemagne remplit d’ores et déjà l’objectif fixé par la stratégie européenne « Europa 2020 », qui est de 3 %.

Les 109,5 milliards d’euros consacrés en Allemagne à la R&D en 2019 ont été dépensés aux deux tiers par le secteur privé (69 %), pour 17,3 % par les universités et pour 13,7 % par des établissements extra-universitaires (établissements sans but lucratif publics ou financés sur fonds publics).

Dans les établissements de recherche extra-universitaires, tels que la Société Max-Planck, les Centre Helmholtz ou la Communauté Leibniz, les sommes consacrées à la recherche ont augmenté de près de 6 % en 2019, et les effectifs de 2,8 % (+ 112 600 personnes, dont 59 200 chercheurs). Ces établissements principalement financé des recherches en sciences naturelles  (43,9 %), en sciences de l’ingénieur (27,8 %), en médecine (10 %), en sciences humaines (7,2 %), en sciences sociales (6,5 %) et en agronomie (4,7 %). Plus d'informations

La production industrielle plombée par la pandémie

Selon l’Office fédéral des statistiques (destatis), la crise sanitaire a fait chuter la production industrielle allemande de 10,8 % en 2020. C’est durant le premier confinement que l’impact a été le plus lourd, avec une baisse de 29,7 % observée en avril 2020 par rapport à 2019. Mais tous les secteurs n’ont pas été touchés avec la même violence. L’automobile, branche phare de l’économie allemande, a vu sa production chuter de 84,3 % au mois d’avril (par rapport à avril 2019) et de 25 % sur l’ensemble de l’année. Le chiffre d’affaires annuel des constructeurs et de leurs sous-traitants s’est affaissé de 17,8 % par rapport à 2019. La production industrielle a aussi très sensiblement décliné dans l’habillement (-20 %), l’industrie de la chaussure et de la maroquinerie (-17,6 %) et la métallurgie (-13,8 %). Par contre, l’agroalimentaire (-2,8 %) et la chimie (-1,1 %) ont été relativement épargnés. Le secteur du bois est le seul à avoir enregistré une production en légère hausse (+ 3,1 %, hors ameublement). Plus d'informations

Baromètre Ifo : l’optimisme semble de retour

L’indice Ifo, principal baromètre du climat des affaires en Allemagne, affiche en février une hausse d’une vigueur inattendue. Il atteint 92,4 points, alors que les experts tablaient sur une légère embellie à 90,5 points. Les 9 000 chefs d’entreprise interrogés sont plus confiants pour l’avenir, mais aussi plus satisfaits de leur situation présente qu’au mois de janvier. Selon Clemens Fuest, directeur de l’institut Ifo, les exportateurs allemands profitent de la reprise en Asie et aux États-Unis, plus précoce qu’en Europe. Cela accroît la demande de produits industriels. Toutes les grandes branches industrielles allemandes en profitent actuellement. Par ailleurs, beaucoup de chefs d’entreprise allemands s’attendent désormais à un assouplissement des restrictions sanitaires après Pâques. Plus d'informations

Un Allemand à la tête de la cité antique de Pompéi

L’Allemand Gabriel Zuchtriegel a été nommé directeur du Parc archéologique de la cité antique de Pompéi, l’un des plus célèbres sites archéologiques du monde, situé dans la baie de Naples. L’archéologue de 39 ans a été retenu parmi dix candidats au profil international, a annoncé le ministre italien de la Culture, Dario Franceschini. Ce dernier a salué l’impressionnant travail réalisé par Gabriel Zuchtriegel à Paestum. L’archéologue allemand est, depuis 2015, le directeur de cet autre site antique majeur, situé en Campanie à 70 km au sud de Pompéi. De l’antique cité romaine détruite par l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.C., Gabriel Zuchtriegel veut faire « un lieu pour tous ». L’inclusion sera l’une de ses priorités. Il veut également rapprocher le travail des archéologues du grand public. « Nous voulons partager [le processus des fouilles] avec le public, avec les visiteurs et sur Internet », explique-t-il dans une interview à la Deutsche Welle. « J’aimerais ouvrir les dépôts, les sites de fouilles et les laboratoires, et raconter de quelle manière nous arrivons à accroître nos connaissances et à reconstruire » le passé. Gabriel Zuchtriegel devra, par ailleurs, protéger le site, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO, des menaces que font peser sur lui le changement climatique. Lire l'interview de Gabriel Zuchtriegel à la Deutsche Welle (en allemand)

La crise sanitaire enrichit le vocabulaire

Des « Coronakilos » (kilos du coronavirus) à la « Zoomparty » en passant par « Distanzunterricht » (enseignement en distanciel), les « Maskenmuffel » (anti-masques ) ou la « kontaktlose Lieferung » (livraison sans contact) : la pandémie de Covid-19 a considérablement enrichi la langue allemande. C’est ce que constatent les chercheurs du projet « Neuer Wortschatz » (nouveau vocabulaire), mené à l’Institut Leibniz pour la langue allemande (IDS). Depuis mars 2020, ils ont déjà comptabilisé près de 1 230 néologismes. Du jamais vu en aussi peu de temps ! Retrouvez ici tous les néologismes liés à la crise sanitaire comptabilisé par l'IDS

La cathédrale de Dresde achève sa rénovation

Après un peu moins d’un an de travaux, l’évêché de Dresde-Meiβen a célébré samedi la fin de la rénovation intérieure de la cathédrale de la Sainte-Trinité de Dresde. Les travaux réalisés sur l’édifice baroque de l'architecte Gaetano Chiaveri (1739-1755) ont notamment permis d’améliorer l’éclairage  d’un retable de neuf mètres de haut d’Anton Raphaël Mengs (1728-1779).

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page