Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité

L'Allemagne a été confrontée cette semaine à une météo froide et capricieuse, rappelant fâcheusement l'hiver

L'Allemagne a été confrontée cette semaine à une météo froide et capricieuse, rappelant fâcheusement l'hiver, © Picture alliance/dpa/Photo : Martin Ley

09.04.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce vendredi 9 avril 2021

L’hiver n’a pas dit son dernier mot

« En avril, ne te découvre pas d’un fil. » Cette année, le dicton allemand « der April, der macht was er will » (« le mois d’avril n’en fait qu’à sa tête ») semble plus adapté. Après une ambiance quasi estivale, l’Allemagne a été elle aussi confrontée cette semaine à une météo froide et capricieuse : températures maximales à un chiffre et giboulées, gel permanent en montagne, fortes rafales dans les zones côtières. La circulation a été très perturbée par le verglas, qui a causé des embouteillages et des accidents sur l’autoroute. Plusieurs poids lourds se sont retrouvés bloqués. Heureusement, les températures devraient remonter ce week-end, sans pour autant dépasser 13 ou 14°C. Mieux que les 2 à 7°C enregistrés mardi, mais encore frais pour la Saison.

L’Allemagne consacre un budget croissant à l’éducation

La République fédérale alloue 9,4 % de son PIB à l’éducation et à la recherche. C’est ce qui ressort de chiffres publiés cette semaine par l’Office fédéral des statistiques. Ces dernières années, les crédits ont augmenté de manière constante pour atteindre 325 milliards d’euros en 2019 – une hausse de près de 4,5 % par rapport à l’année précédente. Environ un tiers de ces crédits (106 milliards d’euros) profitent aux établissements d’enseignement général, aux lycées professionnels ainsi qu’aux centres de formation et d’apprentissage. 34 milliards d’euros ont été investis dans les structures d’accueil de la petite enfance, et 42 milliards dans les établissements d’enseignement supérieur. Par ailleurs, les entreprises et structures de recherche extra-universitaires ont consacré plus de 90 milliards d’euros à la recherche et au développement.

Fini le plastique, vive les couverts comestibles !

L’interdiction progressive du plastique à usage unique, prévue par une directive européenne qui s’appliquera dès le 3 juillet 2021, fait germer de nombreuses idées en Allemagne. Des têtes bien faites imaginent des solutions pour remplacer les gobelets, pailles et couverts non recyclables. À Göttingen, un couple d’entrepreneurs a mis au point des couverts, assiettes, pailles et bols comestibles à base de pâte à pain. Une partie de la gamme est produite par un fabricant de biscuits du Bade-Wurtemberg. Les carnets de commandes se remplissent à vue d’œil. L’offre intéresse naturellement les supermarchés et l’hôtellerie-restauration, mais aussi les prisons et les hôpitaux psychiatriques, où la nature des couverts représente un enjeu de sécurité. Par ailleurs, des chercheurs sont en train de développer des emballages comestibles à base d’algues, en s’inspirant d’une pratique courante en Indonésie. Étant donné l’importance des marchés concernés, d’autres inventions seront appelées à voir le jour.

Le développement du vélo, une discipline universitaire

1,5 milliard d’euros d’ici 2023 : c’est la somme débloquée par l’État allemand pour favoriser la pratique du vélo. Comment l’investir efficacement ? En créant de nouvelles pistes, bien sûr. Mais aussi en tenant compte de paramètres complexes liés à l’aménagement des villes. « Or, il n’y a pas suffisamment de spécialistes », estime le ministre des Transports, Andreas Scheuer. Son ministère va donc investir 8,3 millions d’euros jusqu’en 2025 pour financer sept chaires universitaires dédiées à la circulation à vélo. Les chercheurs auront pour mission d’élaborer des propositions favorisant l’intermodalité et la sécurité. Ils s’efforceront aussi de réduire les délais de livraison des pistes cyclables, qui s’établissent en moyenne à cinq ans. La réalisation de ces infrastructures nécessite des processus complexes de décision et de coordination, impliquant de nombreux acteurs (voirie, police, citoyens…). Les universités ayant remporté l’appel à projets se situent à Cassel, Francfort, Karlsruhe, Wiesbaden, Wildau, Wolfenbüttel et Wuppertal. Leurs propositions portent sur des domaines divers, combinant l’urbanisme cyclable avec l’économie, l’aménagement du territoire, les sciences politiques, la transition numérique ou encore la communication. Elles doivent répondre à des enjeux non seulement environnementaux, mais aussi économiques, sociétaux et sanitaires.

Loups et troupeaux dotés d’une instance commune

Un centre fédéral pour les troupeaux et les loups vient de voir le jour à Eberswalde, dans le Brandebourg. Il a pour mission d’élaborer des solutions pour assurer une coexistence pacifique entre les intéressés. Le loup, espèce protégée, est réapparu au début des années 2000 en Allemagne. En 2020, on dénombrait sur le territoire fédéral près de 130 meutes, 40 couples et 10 loups solitaires. La plupart vivent dans le Brandebourg, en Saxe et en Basse-Saxe. Victoire pour la protection des espèces, défi pour les acteurs du tourisme et de l’élevage. « Loups et troupeaux ont droit à une protection », a déclaré Julia Klöckner, la ministre fédérale de l’Agriculture, en inaugurant le nouveau centre. Si l’on peut se féliciter du retour du loup en Allemagne, ce dernier ne doit pas se faire aux dépens des chèvres ou des moutons, ciblés par ce prédateur. Il s’agit de trouver des compromis acceptables pour toutes les parties prenantes. Le centre d’Eberswalde sera chargé de renforcer les mesures de protection des troupeaux, de réguler la présence des loups sur le territoire ainsi que de désamorcer les conflits en promouvant le dialogue entre éleveurs, associations de protection de la nature et Citoyens.

Rédaction : M.F.

Retour en haut de page