Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Rencontre entre les présidents allemand et français, Frank-Walter Steinmeier et Emmanuel Macron, hier, à l'Elysée

Rencontre entre les présidents allemand et français, Frank-Walter Steinmeier et Emmanuel Macron, hier, à l'Elysée, © picture alliance/dpa/MAXPPP | Arnaud Journois

27.04.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce mardi 27 avril 2021

Frank-Walter Steinmeier et Emmanuel Macron louent la solidarité européenne

A l’occasion d’une rencontre à l’Elysée, à Paris, lundi 26 avril, les présidents allemand et français, Frank-Walter Steinmeier et Emmanuel Macron ont loué la solidarité de l’Europe face à la pandémie de Covid-19. Celle-ci est « juste et essentielle », a souligné M. Steinmeier, qui vient de ratifier la loi allemande sur le budget européen jusqu’en 2027 et le plan de relance européen de 750 milliards d’euros. Selon le président allemand, « rien n’est plus urgent pour l’Europe que le signal d’un nouveau départ ». Il a, à ce titre, salué l’ouverture d’une Conférence sur l’avenir de l’Europe, organisée en ligne avec les citoyens européens. « Nous n’avons pas seulement besoin d’un compte commun bien rempli, nous avons aussi besoin d’une idée européenne, d'une idée européenne unificatrice », a-t-il souligné.

Multinationales : Paris et Berlin ouverts à un taux d’imposition minimum de 21 %

Dans un entretien commun accordé aux journaux « Le Figaro » et « Die Zeit  », les ministres allemand et français des Finances, Olaf Scholz et Bruno Le Maire, se disent favorables à la proposition américaine d'établir à 21 % le taux d'imposition minimum des grandes entreprises. « La France avait proposé un taux d’imposition minimum global de12,5 % pour les sociétés. Si l’administration Biden propose un taux à 21 % et qu’il y a consensus, il serait acceptable pour nous », déclare le ministre français. L’avenir dépend toutefois d’un accord international sous l’égide de l’OCDE entre 137 pays. « Nous avons bon espoir de parvenir à un accord cet été », affirme M. Scholz. « Cela va vraiment changer la donne, car la course aux allègements fiscaux nuit à tout le monde. »

Berlin revoit ses prévisions de croissance à la hausse

Le gouvernement allemand s’attend à une croissance de 3,5 % cette année et de 3,6 % en 2022, selon les projections publiées ce mardi par le ministre de l’Economie et de l’Energie, Peter Altmaier. Ses prévisions sont ainsi en nette hausse par rapport à Celles du mois de janvier (qui étaient alors de 3 % pour 2021) malgré le maintien des restrictions sanitaires et un taux d’incidence toujours élevé. Son optimisme s’explique par la forte croissance des perspectives d’exportation, notamment vers la Chine et les Etats-Unis. Selon le baromètre de l’institut Ifo, le moral des exportateurs allemands est au plus haut depuis dix ans. « Notre économie est forte, robuste et parée à un nouveau départ », a commenté M. Altmaier. « Nous aurons récupéré notre puissance en 2022 au plus tard. »

La mortalité en hausse de 5 % en 2020

Selon l’Office fédéral des statistiques, le nombre de décès a augmenté de 46.000 en 2020 pour atteindre le chiffre de 986.000. Cela représente une augmentation de 5 % par rapport à 2019. La pandémie n’est pas seule en cause. Le vieillissement et le fait que 2020 ait été une année bissextile explique entre 1 % et 2 % des décès supplémentaires.

Le nombre de naissances s’est, parallèlement, réduit de 0,6 %. Cela a interrompu la hausse de la natalité observée depuis 2016. Mais 2020 reste l’une des cinq années qui ont vu naître le plus de bébés depuis 1999. Le solde naturel est le plus faible depuis 2013. Le nombre de décès a dépassé de 212.000 celui des naissances. Quant à la nuptialité, elle a chuté de 10 %.

Christa Ludwig, décès d’une grande voix lyrique

Vedette de l’Opéra de Vienne, la mezzo-soprano allemande Christa Ludwig est décédée samedi dans la maison de Klosterneuburg (Autriche) à l’âge de 93 ans. Interprète de Mozart, de Schubert, de Schumann, de Brahms, de Wagner, de Mahler ou encore de Richard Strauss, elle était considérée comme l’une des plus grandes voix lyriques de la deuxième moitié du XXe siècle. Elle était née à Berlin en 1928, et avait commencé à marquer la scène de sa voix sensuelle, à l’amplitude exceptionnelle, au milieu des années 1950. Après des débuts à Darmstadt et à Hanovre, elle fut ainsi l’une des vedettes des festivals de Salzbourg et de Bayreuth. En 1955, le chef d’orchestre Karl Böhm l’engagea à l’Opéra de Vienne, où elle allait interpréter 43 rôles en 769 représentations jusqu’à sa retraite, en 1994. Mariée au baryton-basse Walter Berry (1957-1970), puis au comédien français Paul-Emile Deiber (1972-2011), elle avait reçu de nombreuses distinctions pour l’ensemble de son œuvre.

Une exposition à Moscou célèbre le romantisme allemand

Temps fort de l’Année de l’Allemagne en Russie, une exposition intitulée « Rêves de liberté. Le romantisme en Russie et en Allemagne » vient d’être inaugurée à la galerie Tretiakov, à Moscou. Elle présente jusqu’au début du mois d’août plus de 300 toiles de l’époque romantique, dont beaucoup sont issues des Collections nationales de Dresde, en les replaçant dans une perspective européenne plus générale.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page