Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Emilia pour les filles, et Noah pour les garçons sont les prénoms les plus donnés en Allemagne en 2020

Emilia pour les filles, et Noah pour les garçons sont les prénoms les plus donnés en Allemagne en 2020, © picture alliance / Zoonar | Przemyslaw Iciak

11.05.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en ce mardi 11 mai 2021

Emilia et Noah, prénoms préférés des Allemands en 2020

Emilia pour les filles, et Noah pour les garçons ont été les prénoms préférés des parents allemands l’an dernier, si l’on en croit la Société pour la langue allemande, à Wiesbaden. Suivent respectivement Hannah, Emma et Sophia, ainsi que Leon, Paul et Matteo. Le prénom Matteo (orthographié de quatre manières différentes) est passé en un an de la 13e à la 4e place. Ces statistiques reposent sur la consultation de plus de 700 registres d’état civil comprenant plus d’un million d’actes de naissance.

Dialogue de Petersberg : un appel à réussir la prochaine conférence sur le climat

Quelques 40 ministres de l’Environnement du monde entier ont participé les 6 et 7 mai par visioconférence au 12e Dialogue de Petersberg sur le climat. Ils ont exhorté la communauté internationale à résoudre toutes les incertitudes concernant la mise en œuvre de l’Accord de Paris pour faire de la prochaine conférence internationale sur le climat (COP26) un succès. Celle-ci est prévue en fin d’année à Glasgow (Royaume-Uni).

Pour limiter le réchauffement global à moins de 2°C, l’Accord de Paris demande, en effet, aux Etats signataires de réévaluer tous les cinq ans leurs objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les débats de Petersberg ont montré que des progrès concrets étaient en cours pour viser la neutralité carbone, en particulier dans les pays industrialisés. L’Allemagne et la Grande-Bretagne, par exemple, viennent de relever leurs objectifs pour la décennie 2030. La chancelière Angela Merkel et le Premier ministre britannique, Boris Johnson, étaient présents au Dialogue de Petersberg, aux côtés du Secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutteres.

Des efforts supplémentaires doivent, toutefois, être faits pour les pays en développement, y compris des efforts de financement de la part des pays industrialisés. L’Allemagne a réaffirmé qu’elle entendait y prendre une part équitable. « Notre vision est celle d’un monde neutre en carbone et résilient, qui soit solidaire avec ceux qui sont les premières victimes du changement climatique », a souligné Svenja Schulze, la ministre allemande de l’Environnement.

« Il nous reste du pain sur la planche jusqu’à la COP26, et la mobilisation de moyens financiers est la première des priorités », a affirmé, de son côté, le Britannique Alok Sharma. Selon le président désigné de la conférence de Glasgow, « nous devons, en tant que pays donateurs, apporter notre contribution et saisir toutes les opportunités pour générer des investissements de grande ampleur à destination des pays les plus pauvres. Nous avons la possibilité de façonner une reprise économique globale, verte et solide après la pandémie. Nous pouvons et devons exploiter cette chance. » Plus d'informations

Berlin veut verdir la construction navale

Lors de la 12e Conférence maritime nationale, la chancelière Angela Merkel a appelé hier le secteur maritime à préparer la reprise post-Covid en investissant dans le développement durable et le numérique. L’économie de la mer subit certes un choc économique majeur en raison de la pandémie, a-t-elle souligné. Mais elle s’est révélée « indispensable pour l’approvisionnement de nos pays en biens de toutes natures » à la faveur de la pandémie. Or, les compétences européennes en la matière peut faire de l’Europe un marché leader du développement de technologies propres, moins coûteuses et économes en ressources. Le ministre allemand de l’Economie, Peter Altmaier, a ainsi souhaité la mise à l’eau d’un navire « zéro émission » avant 2030. La concurrence internationale s’aiguise, a-t-il déclaré, mais elle représente aussi une chance pour les entreprises allemandes. Le secteur maritime représente plus de 400.000 emplois et plus de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel en Allemagne. Plus d'informations

L’activité partielle aurait sauvé 2,2 millions d’emplois en Allemagne

Le gouvernement allemand aurait permis la préservation de 2,2 millions d’emplois en ouvrant la porte à l’activité partielle au plus fort de la crise sanitaire. C’est, selon le quotidien « Süddeutsche Zeitung », le résultat d’une étude de l’Institut pour la macroéconomie (IMK) et des universités de Kiel et de Münster. L’activité partielle aurait ainsi sauvé six fois plus d’emplois en 2020 que lors de la crise économique et financière de 2008/2009. Elle a, en tout cas, permis de limiter la hausse du chômage. Le nombre de demandeurs d’emploi est passé en 2020 de 2,3 à 2,7 millions en Allemagne.

Commémoration des autodafés nazis de 1933

La Maison de la Conférence de Wannsee, près de Berlin, commémore le 88e anniversaire des autodafés nazis du 10 mai 1933 par une initiative originale. Elle propose sur son site Internet des textes d’écrivains persécutés par les nazis, lus devant la maison qu’ils ont habitée. On y trouve des lettres, essais et romans nés sous la plume d’Alfred Döblin, Lion Feuchtwanger, Heinrich Mann ou encore Siegfried Kracauer. Plus d'informations

A Berlin, des entreprises viennent en aide aux artistes

Sous le hashtag #hierspieltdiemusik, des entreprises berlinoises ont lancé une initiative pour aider les musiciens jetés dans la précarité financière par la pandémie. Un pari réussi : plus de 420.000 € de dons ont déjà été réunis. Ils permettront d’offrir aux musiciens des subventions allant de 1.000 à 2.000 €. L’objectif de l’initiative est de préserver la pluralité de l’offre culturelle berlinoise.

L’écrivain Wolfgang Borchert à l’affiche d’une exposition à Hambourg

Il aurait fêté son centenaire le 20 mai prochain. Fauché en 1947 à seulement 26 ans après une vie d’une rare intensité, l’écrivain Wolfgang Borchert se voit consacrer une exposition par la Bibliothèque universitaire de Hambourg. A partir du 11 mai, elle présente le cabinet de travail et les archives de cet écrivain qui fut l’un des principaux représentants de la «  Trümmerliteratur  » (« littérature des ruines ») au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Homme de lettres engagé, auteur de pages magnifiques, Wolfgang Borchert a connu une gloire posthume avec sa pièce pacifiste « Draussen vor der Tür » (« Dehors devant la porte »), publiée en 1947. En 1976, sa mère, Herta, a légué ses archives à la Bibliothèque de Hambourg dont il était originaire. On y trouve des livres, mais aussi des meubles, sa pipe ou encore sa célèbre horloge de Cuisine.

« Nous souhaitons permettre à une nouvelle génération de lecteurs d’entrer en contact avec l’œuvre de Borchert, et simultanément la présenter sous un nouveau jour à ceux qui la connaissent déjà », explique le commissaire de l’exposition, Konstantin Ulmer. Une grande partie de l’exposition est accessible en ligne. Un festival baptisé « Hambourg lit Borchert  » se tiendra, par ailleurs, le 17 mai. Plus d'informations

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page