Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Les fondateurs de l'entreprise BioNTech, Özlem Türeci et Ugur Sahin

Les fondateurs de l'entreprise BioNTech, Özlem Türeci et Ugur Sahin, © picture alliance / Geisler-Fotopress | Christoph Hardt/Geisler-Fotopress

21.09.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l‘actualité en Allemagne en ce mardi 21 septembre 2021

Les fondateurs de l’entreprise BioNTech, lauréats du prix Paul Ehrlich

Rendus célèbres par l’invention du vaccin à ARN messager contre le SARS-Cov-2, les fondateurs de l’entreprise allemande BioNTech, Özlem Türeci et Ugur Sahin, ainsi que la biochimiste Katalin Karikó vont recevoir le prestigieux prix Paul-Ehrlich-et-Ludwig-Darmstaedter. Cette distinction dotée de 120.000 € récompense des travaux innovants dans le domaine de la recherche médicale. Les lauréats sont honorés pour leurs recherches à visées préventive et thérapeutique sur la technologie de l’ARN messager. Ils ont « établi une plateforme technologique qui devrait initier un changement de paradigme dans certains domaines de la médecine », a indiqué la Fondation Paul Ehrlich. La traduction la plus spectaculaire de leurs travaux a été le développement très rapide du vaccin contre le SARS-Cov-2. Mais ils ne s’y limitent pas. Katalin Karikó, chercheuse à l’Université de Pennsylvanie a rejoint BioNTech en 2013. Elle travaille depuis les années 1990 sur l’ARN messager. De leur côté, Özlem Türeci et Ugur Sahin viennent de la recherche sur le cancer. Ils travaillent depuis les années 1990 sur des vaccins à ARN messager contre le cancer. Les trois lauréats recevront le prix, décerné en mémoire du Prix Nobel de médecine et inventeur de la chimiothérapie allemand Paul Ehrlich, le 14 mars prochain en l’église Saint-Paul de Francfort-sur-le-Main.

Covid-19 : succès pour la Semaine d’action en faveur de la vaccination

Transports en commun, zoos, casernes de pompiers, centres commerciaux, événements culturels : du 13 au 19 septembre, tous étaient invités à participer à une semaine d’action pour la vaccination contre le Covid-19. Au total, 1.500 initiatives créatives au plus près du terrain ont été menées, qui ont permis à 500.000 personnes de recevoir leur première injection. Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, s’est félicité de ce succès et a appelé les Allemands à continuer à se faire vacciner. À ce jour, 67,3 % de la population allemande a reçu au moins sa première dose et 63,3 % présente un schéma vaccinal complet. Au 21 septembre, l’Institut Robert Koch (RKI) de veille sanitaire répertorie 148 200 cas de Covid-19 à l’échelle nationale, dont 4 664 infections au cours des dernières 24 heures. Le taux d’incidence s’élève à 68,5 contaminations et à 1,63 hospitalisation sur sept jours pour 100.000 habitants.

Vers une forte hausse des salaires au cours des prochaines années ?

Selon l’Institut pour l’économie mondiale (IfW), à Kiel (Schleswig-Holstein), l’heure n’est plus à la stagnation, mais à la hausse des salaires en Allemagne. Il faut s’attendre à « des hausses plus rapides que la moyenne » au cours des prochaines années, explique dans une interview Gabriel Felbermayr, directeur de l’IfW. « Des augmentations de salaire de 5 % par an en moyenne sont réalistes », estime-t-il. L’économiste avance pour cela un faisceau de raisons qui vont toutes dans le même sens : la raréfaction de la main-d’œuvre qualifiée (industrie, artisanat) ou sectorielle (restauration), l’évolution démographique qui va conduire à une contraction continue du nombre d’actifs à partir de 2023 au plus tard, et enfin la hausse des prix, et partant du SMIC qui vont exercer une pression à la hausse sur l’ensemble des grilles salariales.

Le musée du futur de Berlin reçoit le Prix européen des musées

Le musée Futurium de Berlin a reçu samedi à La Haye le Prix Luigi Micheletti de l’Académie européenne des musées. Il récompense la conception d’un musée qui présente « les grands défis de l’avenir d’une façon stupéfiante et idéologiquement neutre », a indiqué le jury. « Chaque pays devrait avoir son Futurium ». Le Futurium de Berlin est situé à côté de la gare centrale de Berlin, sur la rive de la Spree, à deux pas de la chancellerie fédérale. Derrière sa haute façade de verre, il cherche à éveiller la curiosité, à faire réfléchir, à inspirer des projets et à ouvrir de nouvelles fenêtres sur demain. Face au pessimisme ambiant (changement climatique, extinction des espèces, hausse des inégalités, mouvements migratoires, révolutions liées au numérique, intelligence artificielle), il développe un concept novateur à partir d’une conviction forte : il n’y a pas un avenir possible, mais plusieurs. C’est à nous d’imaginer, de choisir et de créer l’avenir désirable vers lequel nous souhaitons aller. Le musée se conçoit ainsi comme un lieu d’apprentissage et comme un laboratoire pour aider chacun à s’orienter, à choisir et à jouer le rôle qui lui revient au sein de la société.

De Lucas Cranach à Claude Monet : 500 ans d’histoire de l’art exposés à Brême

« Échange Cranach contre Monet » : c’est le titre d’une exposition qui vient d’ouvrir ses portes au musée Paula Modersohn-Becker de Brême. Jusqu’au 30 janvier 2022, elle retrace 500 ans d’histoire de la peinture à travers des toiles de maîtres : Fra Angelico, Canaletto, Claude Monet, Auguste Renoir, Max Liebermann, Mary Cassatt ou encore Paula Modersohn-Becker. Une vaste palette de genres s’y déploie, des sujets bibliques et mythologiques jusqu’aux portraits féminins en passant par les paysages, les natures mortes ainsi que les portraits de mères et d’enfants. Elle réunit des collections du musée Paula Modersohn-Becker de Brême et du Musée Arp de Remagen. Et comme le titre l’indique, elle est le fruit d’un échange : du 20 février au 4 septembre 2022, elle sera ensuite présentée au musée Arp de Remagen.

Rédaction : A.L.

 

Retour en haut de page