Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité...

Le passe sanitaire devrait bientôt devenir obligatoire dans les transports en commun en Allemagne. C’est le projet de la coalition en formation constituée du Parti social-démocrate (SPD), des Verts et des libéraux (FDP)

Le passe sanitaire devrait bientôt devenir obligatoire dans les transports en commun en Allemagne. C’est le projet de la coalition en formation constituée du Parti social-démocrate (SPD), des Verts et des libéraux (FDP), © picture alliance / SvenSimon | FrankHoermann/SVEN SIMON

16.11.2021 - Article

Pour ne rien manquer de l‘actualité en Allemagne

Covid-19 : de nouvelles mesures face à la « 4e vague »

Alors que la pandémie reprend fortement en Allemagne, avec un taux d’incidence hebdomadaire supérieur depuis plusieurs jours à 300 cas pour 100 000 habitants, les partis de la coalition en formation (SPD, Verts, FDP) ont annoncé un renforcement de la loi sur la protection contre les infections, qui doit être votée jeudi au Bundestag.

Le texte a pour intention première de mettre fin au dispositif juridique de « situation épidémique de portée nationale » au 25 novembre. Cela exclura à l’avenir toute restriction de sorties et de déplacements, fermeture d’hôtels, de restaurants ou de commerces et tout interdiction de la pratique sportive.

Simultanément, le projet de loi prévoit de nouvelles dispositions pour lutter contre la pandémie, dont la mise en place d’un passe sanitaire sur le lieu de travail et dans les transports publics (trains et bus), ainsi que la possibilité de maintenir les restrictions de contacts dans l’espace public et privé. Le ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales envisage, parallèlement, de réintroduire la généralisation du télétravail partout où il est possible.

Selon le projet de loi, ces mesures seraient applicables jusqu’au 19 mars 2022 et pourraient être prolongées une fois par le Bundestag pour une durée maximale de trois mois. Une clause de flexibilité est prévue pour permettre aux länder de prendre des mesures complémentaires (par ex. des interdictions ou restrictions en matière de loisirs, culture, sport, rassemblements, vente ou consommation d’alcool sur la voie publique, fermeture des universités). Afin d’enrayer la hausse des contaminations, l’usage du passe vaccinal (2G) remplace déjà de plus en plus celui du passe sanitaire (3G) dans de nombreuses régions. Les ministres-présidents des länder se réunissent jeudi pour coordonner leur action.

Les négociations de coalition entrent dans la dernière ligne droite

Les dirigeants du Parti social-démocrate (SPD), des Verts et des libéraux (FDP) ont entamé depuis lundi l’étape décisive de leurs négociations pour former un gouvernement. Auparavant, les 22 groupes de travail, forts de 300 négociateurs, avaient remis leurs conclusions aux directions des trois partis. L’enjeu est maintenant de parvenir à des accords de fond sur l’ensemble des sujets. L’attribution des portefeuilles ministériels interviendra dans un second temps, ont souligné plusieurs participants.

Un premier jalon dans l’utilisation de l’ordinateur quantique

La ministre allemande de la Recherche en exercice, Anja Karliczek, a inauguré lundi le projet « Q-Exa » (« Extension de l’ordinateur quantique par un supercalculateur exaflopique »). Subventionné à hauteur de 40,1 millions d’euros et mené par un consortium, il va permettre de développer un ordinateur quantique sur la base de circuits supraconducteurs et de l’intégrer au Centre de calcul Leibniz de l’Académie des sciences bavaroise, à Garching. « La compétition internationale bat son plein dans le domaine des technologies quantiques », a souligné Mme Karliczek. « L’Allemagne et l’Union européenne doivent la soutenir de toutes leurs forces pour préserver leur souveraineté technologique. […] Avec le projet Q-Exa, nous ouvrons un nouveau chapitre prometteur dans le développement de l’ordinateur  »made in Germany« . L’intégration d’un ordinateur quantique au sein des infrastructures du Centre de calcul Leibniz recèle un potentiel énorme pour la science et l’économie. Elle va contribuer à en rendre l’utilisation concrète pour les scientifiques et les industriels ». Le projet, dirigé par la start-up germano-finlandaise IQM et le Centre de calcul Leibniz, associe la start-up HQS Quantum Simulations, à Karlsruhe, et l’entreprise science + computing AG (Atos), à Tübingen.

Un peu plus de bébés en 2021

C’est loin d’être un « babyboom  ». Mais l’Allemagne a enregistré sur les huit premiers mois de l’année une hausse de 1,3 % du nombre de naissances, selon l’Office fédéral des statistiques. Ce regain s’observe particulièrement chez les femmes allemandes qui avaient déjà un, deux ou trois enfants. Il concerne essentiellement l’ouest du pays (hausse de 2,6 %), tandis que la baisse des naissances se poursuit à l’est (- 2,1 %).

D’ailleurs, mais d’ici : une exposition raconte l’intégration au quotidien

Apporter une « lunchbox » qui n’a rien à voir avec le traditionnel « Pausenbrot », ne pas avoir de « Schultüte » (cornet rempli de cadeaux) le jour de la rentrée scolaire : il en faut peu pour se sentir exclu dans la cour de récréation. C’est pourtant un grand classique quand les parents viennent d’« ailleurs ». Jusqu’au 19 juin 2022, le musée des techniques (Technoseum) de Mannheim (Bade-Wurtemberg) donne l’occasion aux immigrés de raconter leurs « histoires d’ici » à travers une exposition intitulée « Travail et migration ». 300 objets y sont présentés dont 40 % nouvellement acquis. Et pour cause : toute personne issue de l’immigration pouvait faire partie des commissaires de l’exposition, dont l’élaboration a duré trois ans et demi. Les concepteurs ont parcouru les marchés aux puces en quête de vendeurs de meubles, de vêtements, d’outils, de vaisselle ou de documents capables de raconter une belle histoire. L’objectif : montrer l’influence que les gens ont les uns sur les autres au sein d’un même pays, quelle que soit leur origine. L’immigration a toujours existé et elle existera toujours, estime Hartwig Lüdtke, le directeur du musée. Mais elle « a eu un impact positif sur notre pays ». En savoir plus

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page