Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Les ministres français et allemand de l’Economie, Bruno Le Maire et Robert Habeck, lundi 7 février, à Paris

Les ministres français et allemand de l’Economie, Bruno Le Maire et Robert Habeck, lundi 7 février, à Paris, © picture alliance/dpa/MAXPPP | Sébastien Muylaert

08.02.2022 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en ce mardi 8 février 2022

Économie : étroite coopération franco-allemande

Le ministre allemand de l’Économie et de la Protection du Climat, Robert Habeck, a rencontré lundi à Paris son homologue français, Bruno Le Maire, et la ministre française de la Transition écologique Barbara Pompili. À l’ordre du jour : les prochaines étapes de la coopération franco-allemande dans le domaine économique et industriel. « Nous allons devoir investir pour le bien et la croissance de nos économies afin de combiner l’innovation, l’emploi et la prospérité avec les efforts de protection du climat dans toute l’Europe », a déclaré le ministre allemand. Robert Habeck et Bruno Le Maire souhaitent accélérer la coopération bilatérale sur des « thèmes clés » d’intérêt européen, tels que l’hydrogène vert, la production de semi-conducteurs, le cloud ou encore l’espace. Plus d'informations

La pénurie de salariés qualifiés s’est aggravée en 2021

Selon le Centre de compétences pour la gestion de la main-d’œuvre qualifiée (Kofa) de l’institut d’économie IW, le nombre de postes à pourvoir n’ayant pas trouvé de profil qualifié correspondant parmi les demandeurs d’emploi a doublé au cours de l’année 2021. Il est passé de 213 000 à 465 000 entre janvier et décembre. La pénurie touche l’ensemble du marché du travail, affirme l’étude. Les métiers les plus recherchés sont les métiers de la construction (planification et supervision de chantiers), de l’informatique, ainsi que ceux de la santé et du soin (soins aux personnes âgées, kinésithérapie). Les secteurs les moins touchés sont les lettres, les sciences humaines, les sciences sociales, les médias, l’art et la culture. En savoir plus

Le télétravail se développe dans les entreprises

Selon une enquête de l’institut d’économie ZEW, l’élaboration de nouveaux modes d’organisation hybride associant des jours de télétravail et des jours en présentiel est à l’ordre du jour dans un nombre croissant d’entreprises.

Près d’une entreprise sur deux du secteur des nouvelles technologies prévoirait d’accorder un à deux jours de télétravail par semaine à une partie de son personnel, et 37 % jusqu’à trois jours. Le travail à distance fait recette jusque dans l’industrie : une entreprise industrielle sur trois envisagerait des modèles d’organisation intégrant une journée hebdomadaire de télétravail pour les postes adaptés. L’expérience faite pendant la pandémie devrait ainsi faire passer la part de salariés travaillant en mode hybride de 8 % à 32 % dans l’industrie et de 24 % à 70 % dans l’économie de l’information, selon cette enquête réalisée en décembre et janvier auprès de 1 200 entreprises.

Plusieurs études confirment que le télétravail a constitué une expérience positive pour beaucoup de salariés durant la pandémie. L’une des plus récentes, menée par la caisse de santé des commerçants allemands (KKH), constate 61 % de retours positifs et 25 % d’avis négatifs. Du point de vue de la santé au travail, les témoignages montrent que le télétravail réduit le stress et la fatigue, mais tend à augmenter les maux de dos et les troubles musculo-squelettiques.

Davantage de femmes à la tête des grandes entreprises

La part des femmes augmente lentement, mais sûrement parmi les hauts dirigeants d’entreprises en Allemagne. En 2021, elle est passée de 15 % à 19 % dans les sociétés du DAX (les 40 premières entreprises cotées à la Bourse de Francfort), selon une enquête de la société de conseil Russell Reynolds. Elle devrait atteindre 20 % en avril prochain au vu des recrutements programmés. « Le changement est arrivé dans les entreprises », commente Thomas Tomkos, consultant. L’an dernier, 42 % des cadres supérieurs recrutés dans les entreprises du DAX étaient des femmes. Et « 55 % d’entre elles ont été désignées par promotion en interne ». Cela signifie qu’un nombre croissant d’entreprises offrent une formation ciblée à leurs cadres supérieures féminines pour les préparer à des postes de direction. « La discussion publique (sur le sujet) porte ses fruits », conclut M. Tomkos

À Bonn, le musée de la Bundeskunsthalle part à la découverte de notre cerveau

Centre de contrôle, super-ordinateur, siège du moi ? Notre cerveau est l’une des dernières grandes énigmes du corps humain. Jusqu’au 26 juin, le musée de la Bundeskunsthalle, à Bonn, explore ce thème fascinant dans une exposition intitulée « Le cerveau dans la science et dans l’art ». Elle rassemble près de 300 objets et œuvres d’art qui dessinent un vaste panorama allant de la philosophie de Descartes (« Je pense, donc je suis ») aux aires de Brodmann et aux neurosciences contemporaines, en passant par l’art, à travers les œuvres de Max Ernst, Wilhelm Lemmbruck, André Masson, Sigmar Polke, Oskar Schlemmer ou Rosemarie Trockel. Elle fait l’inventaire de nos connaissances, et pointe les nombreuses questions non résolues. Elle ouvre, grâce à l’art, sur une réflexion plus large sur la pensée, la conscience, la perception, la mémoire et le rêve. Pour finir, elle se projette dans le futur, et se demande si l’avenir sera de posséder un cerveau « optimisé » grâce à des implants. Un fascinant voyage dans le territoire inconnu du cerveau qui s’achève sur une interrogation fondamentale : qu’est-ce que l’être humain ? En savoir plus

Décès du metteur en scène Hans Neuenfels

Il a marqué avec sensibilité, intelligence et créativité le monde du théâtre et de l’opéra pendant près d’un demi-siècle en Allemagne et en Autriche. Le metteur en scène Hans Neuenfels est mort dimanche soir à l’âge de 80 ans. Né à Krefeld (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), il avait étudié l’art dramatique et la réalisation à Vienne (Autriche), puis avait signé dans la capitale autrichienne ses premières mises en scène au milieu des années 1960. Son parcours l’a ensuite mené à Heidelberg, Stuttgart et Francfort-sur-le-Main. À la fin des années 1980, il a été l’intendant de la Freie Volksbühne de Berlin, sa patrie d’adoption. Nommé « metteur en scène de l’année » à plusieurs reprises en Allemagne, lauréat du prestigieux prix théâtral « Der Faust » pour l’ensemble de sa carrière sur les planches (2016), il a également tourné des films sur les écrivains Heinrich von Kleist et Robert Musil. Mais c’est sans doute comme un très grand metteur en scène lyrique qu’il restera dans les mémoires. Ses créations des opéras de Mozart et de Verdi à Francfort, Berlin et Vienne ont fait sa notoriété. Sa mise en scène de « Lohengrin » de Wagner a fait de lui une vedette. Le monde de la culture perd « l’un de ses protagonistes les plus importants et les plus originaux », a salué le festival de Salzbourg. Hans Neuenfels était « un inventeur du théâtre qui, dans toutes ses contradictions, a toujours été guidé par une idée absolue de l’art ».

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page