Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

L’inflation a légèrement ralenti en Allemagne au mois de novembre. Mais la perte de pouvoir d’achat reste une préoccupation pour beaucoup d’Allemands

L’inflation a légèrement ralenti en Allemagne au mois de novembre. Mais la perte de pouvoir d’achat reste une préoccupation pour beaucoup d’Allemands, © picture alliance / Bildagentur-online/Joko | Bildagentur-online/Joko

29.11.2022 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce mardi 29 novembre 2022

L’inflation ralentit légèrement en Allemagne

Le taux d’inflation sur un an s’est élevé à 10 % au mois de novembre en Allemagne, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis). C’est un peu moins qu’en octobre (10,4 %). L’inflation avait alors atteint son plus haut niveau depuis 1951. 

Ce ralentissement est dû à la baisse des prix des carburants et du fuel. Les prix de l’énergie en général sont en augmentation de 38,4 % sur un an, mais en recul par rapport au mois d’octobre. La hausse était alors de 43 % sur un an. En revanche, les prix des denrées alimentaires continuent d’augmenter (+ 21 % sur un an). La perturbation des chaînes logistiques et la hausse du prix des engrais entretiennent une tendance à la hausse.  

Certains économistes interprètent le ralentissement de l’inflation comme une lueur d’espoir. La hausse des prix pourrait, selon eux, atteindre un pic au mois de décembre, puis rester sous la barre des 10 % l’année prochaine. Tous s’accordent toutefois à dire qu’il est beaucoup trop tôt pour sonner la fin de l’alerte. Un ralentissement général de l’inflation, tous prix confondus, n’est pas à l’horizon. Les freins à la hausse des prix de l’électricité et du gaz, actuellement mis en place par le gouvernement allemand, pourrait néanmoins apporter un soulagement des entreprises et des consommateurs à partir du printemps. En savoir plus  

Le pouvoir d’achat des salariés allemands en baisse de 5,7 % au troisième trimestre

Les salaires ont augmenté de 2,3 % en moyenne en Allemagne entre juillet et septembre, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis). Mais cette hausse a été absorbée par l’inflation. Les salaires réels (autrement le pouvoir d’achat des salariés) ont enregistré une baisse de 5,7 %. C’est leur plus forte inflexion depuis le début des statistiques, en 2008.  

Cela fait maintenant un an que les salariés allemands voient leur pouvoir d’achat diminuer. Les salaires réels ont baissé de 1,4 % au quatrième trimestre 2021, de 1,8 % au premier trimestre 2022 et de 4,4 % au deuxième trimestre 2022. C’est la première fois que les statisticiens enregistrent une tendance baissière aussi prolongée.  

Dans quelle mesure des hausses de salaire viendront-elles compenser ce manque à gagner ? C’est l’enjeu des négociations salariales qui se tiendront prochainement dans de nombreux secteurs. Récemment, les partenaires sociaux de la métallurgie et de l’industrie électrique ont trouvé un accord sur une hausse des salaires de 8,5 % en deux étapes sur 24 mois. Il est assorti d’une prime non imposable de 3 000 €.  

En 2023, les négociations salariales concerneront quelque onze millions de salariés. Des branches aussi diverses que la fonction publique, le commerce de détail, le commerce extérieur et de gros, la Poste, la Deutsche Bahn ou l’intérim sont concernées. Le syndicat ver.di a mis la barre très haut dans certains secteurs. Il réclame ainsi 10,5 % d’augmentation dans la fonction publique et 15 % à la Poste. En savoir plus  

Un contrat signé pour la fourniture de gaz naturel qatari à l’Allemagne

Le ministre de l’Énergie du Qatar, Saad Sherida Al-Kaabi, a annoncé mardi la signature d’un contrat de fourniture de gaz naturel liquéfié (GNL) à l’Allemagne pour une durée de 15 ans à partir de 2026. Le contrat lie l’entreprise américaine ConocoPhilips et QatarEnergy. ConocoPhilips extraira le gaz du champ gazier North Field, au large des côtes qataries. Le gaz sera ensuite livré à l’Allemagne grâce au terminal flottant de Brunsbüttel (Schleswig-Holstein), actuellement en construction sur les rives de la mer du Nord. Le ministre allemand de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck, a exprimé sa satisfaction. Il ne s’est pas prononcé sur les détails de l’accord, qui relèvent de la responsabilité des entreprises.  

Les migrations de réfugiés font croître la population allemande 

L’Allemagne a gagné près de 2,9 millions d’habitants depuis 2014 grâce à la migration de réfugiés, selon l’Office fédéral des statistiques (destatis). La majorité des arrivants venaient de Syrie, d’Afghanistan, d’Irak et, plus récemment, d’Ukraine. Un nombre important était, par ailleurs, originaire de Roumanie, de Bulgarie et de Pologne. Au premier semestre 2022, l’Allemagne a même enregistré sa « plus forte immigration nette en six mois depuis la réunification », avec plus d’un million d’arrivants, dont 740 000 Ukrainiens.  

Selon les statisticiens, l’afflux de réfugiés a permis de freiner la baisse de la population en âge de travailler. La proportion des 15-65 ans est passée de 65,8 % à 63,6 % depuis 2014. Or, elle reste beaucoup plus élevée dans la population étrangère (75,9 %) que dans la population de nationalité allemande (61,6 %). En savoir plus  

Recrutement de main-d’œuvre qualifiée : le site « Make it in Germany  » a 10 ans

C’est le portail officiel du gouvernement allemand destiné aux candidats à une formation ou à un emploi qualifié en Allemagne. Le site multilingue « Make it in Germany  » fête cette année ses dix ans. Du recrutement au logement, en passant par la maîtrise de la langue, l’intégration, l’école, la banque et l’assurance, il rassemble toutes les informations pour réussir son parcours d’expatriation. Il propose également une liste d’offres d’emploi et un test rapide pour évaluer ses chances. Enfin, il rassemble des histoires d’expatriation réussie et des conseils de professionnels. En dix ans, « Make it in Germany  » a comptabilisé plus de 47 millions de visites. Les candidats venaient principalement des États-Unis, d’Inde, du Royaume-Uni, du Vietnam, d’Espagne, du Brésil, du Mexique ou encore d’Indonésie. En savoir plus  

Le Prix Schiller récompense l’écrivaine Emine Sevgi Özdamar

L’écrivaine, actrice et réalisatrice germano-turque Emine Sevgi Özdamar a reçu dimanche le Prix Schiller, doté de 20 000 €. Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, a loué sa « grande puissance narrative et [son] imagination ». Son dernier roman, intitulé « Ein von Schatten begrenzter Raum  », constitue « une œuvre de la mémoire éblouissante ».  

Née en Turquie, mais ayant choisi l’allemand pour langue d’écriture, Emine Sevgi Özdamar avait déjà reçu début novembre le Prix Georg Büchner, le plus prestigieux des prix littéraires allemands. Selon le président Steinmeier, la voix des artistes et des personnes qui ne sont pas nés en Allemagne reste trop peu entendue. « Je suis convaincu que vos histoires doivent devenir bien davantage partie intégrante de notre  »nous«  commun », a-t-il déclaré.  

Rédaction : A.L.  

Retour en haut de page