Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

Joyeuses Pâques !

lay, © picture alliance / Zoonar | Olga Sergeeva

06.04.2023 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en Allemagne en ce vendredi 7 avril 2023.

Le Forum Humboldt couronné

Le Forum Humboldt, immense centre culturel installé dans une reconstruction du château des Hohenzollern au centre de Berlin, n’en finit pas de sculpter son empreinte dans le paysage urbain berlinois. Une énorme couronne dorée de deux mètres sur deux a été posée cette semaine au sommet de l’édifice. Elle fait partie de la cartouche de quatre tonnes qui a été apposée sur l’une des trois façades baroques, reconstruites d’après les originaux du 17e siècle. Cet ornement sculpté mesure huit mètres sur huit et porte les initiales « FR ». Rien à voir avec un possible hommage à la « Französische Republik » : elles font référence à Fridericus Rex«  (le Roi Frédéric). Autrement dit à Frédéric Ier (1657-1713), premier roi de Prusse et bâtisseur du château détruit en 1950. La cartouche en cuivre a été réalisée par une ferronnerie d’art berlinoise. Elle a demandé deux ans et 30 000 heures de travail. L’ensemble de ces ornements historiques ont été financés par des dons privés.

Le 15 avril, l’Allemagne dit adieu au nucléaire

Une page se tourne. Samedi 15 avril, l’Allemagne débranchera définitivement ses trois dernières centrales nucléaires en activité. Elles sont situées en Bavière (Isar 2, 1485 MW), dans le Bade-Wurtemberg (Neckarwestheim, 1400 MW) et en Basse-Saxe (Emsland, 1400 MW). Elles devaient originellement fermer leurs portes à la fin de l’année 2022. Mais le chancelier Olaf Scholz avait décidé de prolonger leur activité de trois mois et demi l’hiver dernier, dans le contexte de la crise énergétique. Les trois centrales vont maintenant entrer dans la phase de démantèlement. La sortie du nucléaire en Allemagne a été décidée en 2002 par le gouvernement du chancelier Gerhard Schröder, puis relancé au lendemain de la catastrophe de Fukushima (Japon), en 2011, par une nouvelle loi du gouvernement de la chancelière Angela Merkel.

Le syndicat IG Metall réclame le passage à la semaine de quatre jours

Au moment où s’ouvrent des négociations tarifaires dans la sidérurgie, le syndicat IG Metall a annoncé son intention de revendiquer le passage à la semaine de quatre jours sans diminution de salaire.  »Nous voulons obtenir un véritable allègement pour les salariés sans baisse des rémunérations« , a déclaré dans la presse le négociateur Knut Giesler. Le syndicaliste s’apprête à ouvrir la négociation pour les régions du nord-ouest de l’Allemagne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Basse-Saxe, Hesse, Brême). Les accords élaborés dans ces régions font généralement figure d’accords pilotes pour le reste du secteur.

Selon M. Giesler, le passage à la semaine de quatre jours représenterait un progrès majeur pour les salariés en termes de qualité de vie et de santé. Les retours du terrain sont extrêmement positifs, ajoute-t-il. La mesure pourrait simultanément faciliter la transition d’une industrie lourde basée sur le charbon vers une sidérurgie de l’acier vert. Elle pourrait aussi amortir les risques de pertes d’emploi.

Concrètement, IG Metall souhaite proposer le passage à 32 heures sur quatre jours à la place des 35 heures sur cinq jours, à salaire constant. Le syndicat admet néanmoins qu’une telle réforme serait plus facile à mettre en œuvre pour les postes administratifs ou organisés en deux équipes que pour les travailleurs qui font les trois-huit.  »Nous allons avoir besoin de longues périodes de transition«  pour ne pas surcharger l’organisation de la production, admet M. Giesler.  

Record d’étoiles pour les chefs allemands

Ambiance de fête dans la gastronomie allemande : la nouvelle édition du Guide Michelin lui attribue un record d’étoiles. L’Allemagne compte désormais 334 restaurants étoilés, sept de plus qu’en 2022. Dix arborent trois étoiles, 50 deux étoiles et 274 une étoile.

L’une des vedettes de l’édition 2023 est le chef munichois Jan Hartwig. Déjà reconnu pour sa créativité et son savoir-faire au restaurant trois étoiles  »L’Atelier« , il a décroché trois étoiles avec son propre établissement,  »Jan« . Autre étoilé remarquable : le restaurant  »Alois – Dallmayr Fine Dining« , également à Munich, qui décroche sa deuxième étoile. Enfin, si le sud et le sud-ouest du pays tirent traditionnellement leur épingle du jeu en matière de gastronomie, les grandes villes marquent des points cette année, notamment Berlin. Les établissements berlinois  »The NOname«  et le  »Bonvivant«  comptent ainsi parmi les 34 lauréats d’une première étoile.

Globalement, la cuvée 2023 se distingue par la variété, le développement de l’offre végétarienne et le choix de produits régionaux. Cette pluie d’étoiles vient aussi réconforter des chefs allemands qui déploient passion, énergie et souplesse au quotidien pour faire face à une période difficile. Si les clients sont revenus après la pandémie, la main-d’œuvre manque. Beaucoup ont heureusement réussi à s’adapter sans rogner sur la qualité en réduisant leurs horaires d’ouverture et en faisant mincir leur carte.

Les vitraux de Notre-Dame sur le chemin du retour de Cologne à Paris

Quatre ans après l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les ateliers de la cathédrale de Cologne viennent d’achever la restauration de quatre de ses vitraux. Ils ont été empaquetés avec le plus grand soin jeudi matin, placés dans des caisses spéciales et mis sur le chemin du retour vers Paris, où ils devraient arriver peu après Pâques.

Les restaurateurs allemands ont décontaminé les vitraux, qui étaient recouverts de poussières de plomb liées à l’incendie. Ils ont ensuite cartographié les dommages, nettoyé le verre avec mille précautions, recollé les fissures, brasé les cassures dans le métal et remplacé des cadres. Le travail est réalisé en étroite concertation avec les ateliers du vitrail français qui travaillent à la restauration de Notre-Dame de Paris.

Les quatre verrières datent de 1965 et sont l’œuvre du verrier et graveur Jacques Lechevallier. Elles représentent des motifs abstraits où dominent les tons clairs bleus et rouges, inspirés du Moyen-Âge.

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page