Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne et la France : une relation de confiance privilégiée

Heiko Maas rencontre le président français Emmanuel Macron et son homologue, Jean-Yves Le Drian

Heiko Maas rencontre le président français Emmanuel Macron et son homologue, Jean-Yves Le Drian, © Felix Zahn/photothek.net

20.06.2019 - Article

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a pris part hier au conseil des ministres français.

Le traité d’Aix-la-Chapelle a été signé pas plus tard qu’au mois de janvier, et déjà la mise en œuvre des projets fixés alors dans le but de renforcer la coopération entre les deux pays tourne à plein régime. Un membre du gouvernement d’un des deux États prend part, une fois par trimestre et en alternance, au conseil des ministres de l’autre État. À la fin du mois de mars dernier, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, était venu à Berlin, et aujourd’hui c’est le tour du chef de la diplomatie allemande de se rendre à Paris.

À cette occasion, M. Maas a déclaré dans la capitale française :

Je considère que cela témoigne de la relation de confiance tout à fait privilégiée que nous entretenons. Ce faisant, nous sommes conscients d’assumer une responsabilité particulière pour l’Europe. Car l’Europe est toujours notre référence et le fil conducteur de notre amitié.

Juste avant la réunion du conseil des ministres, le président de la République française, Emmanuel Macron, a reçu le ministre allemand pour un entretien. À l’issue de la réunion, un échange approfondi a eu lieu avec Jean-Yves Le Drian, homologue de M. Maas. Il y était notamment question de la situation en Iran.

Tous doivent faire des pas concrets afin d’empêcher une nouvelle escalade incontrôlée. Nous nous concertons étroitement avec la France sur ce que nous pouvons faire pour maintenir le dialogue ouvert et contribuer à l’apaisement.

Une étroite concertation avec la France pour l’Europe et sur la scène internationale – les deux ministres le montrent bien : l’Allemagne et la France souhaitent vraiment donner vie rapidement au traité d’Aix-la-Chapelle.
Retour en haut de page