Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Déclaration conjointe franco-allemande à l’occasion de l’ouverture du procès contre Osman Kavala

Le drapaux allemand et français

Le drapaux allemand et français, © dpa

24.06.2019 - Communiqué de presse

À l’occasion du procès qui s’ouvre aujourd’hui (24 juin 2019) contre l’entrepreneur de renom et dirigeant de fondation turc Osman Kavala, la déléguée du gouvernement fédéral à la politique des droits de l’homme et à l’aide humanitaire, Bärbel Kofler, et l’ambassadeur pour les droits de l’homme, François Croquette, ont fait cette déclaration conjointe :


Le procès d’Osman Kavala et de 15 autres accusés marque un jour noir pour la société civile turque. Osman Kavala est un exemple exceptionnel d’engagement aux plans culturel, civique et en faveur de la cohésion sociale.
Une Turquie forte a besoin de plus, et non pas moins de voix d‘une telle portée. Elle n’a pas besoin d’intimidation ni de criminalisation de l’esprit critique, mais plutôt de courage pour s’engager dans le dialogue social.
Nous espérons la fin de la détention provisoire d’Osman Kavala et de Yiğit Aksakoğlu.

Contexte

Le responsable de la fondation culturelle turque Anadolu Kültür, Osman Kavala, est en prison depuis le 18.10.2017. Après près de 500 jours sans inculpation, O. Kavala a été, conjointement avec 15 autres membres de la société civile turque, accusé, entre autres, de «  tentative de renversement du gouvernement  ». L’accusation a requis une peine d’emprisonnement à vie. L’acte d’accusation fait essentiellement référence aux manifestations de 2013 connues sous le nom de «  manifestations Gezi  », dont la planification et la préparation sont attribuées aux accusés. En plus de tenter de renverser le gouvernement, ces accusations incluent : le transport de substances dangereuses sans autorisation, des dommages aux lieux de culte et aux cimetières, des pillages graves, des blessures corporelles graves et des dommages matériels.

Les accusations portées contre Osman Kavala sont également engagées contre Yiğit Aksakoğlu, Ali Hakan Altınay, Ayşe Mücella Yapıcı, Ayşe Pınar Alabora, Can Dündar, Çiğdem Mater Utku, Gökçe Yılmaz, Handan Meltem Arıkan, Hanzade Hikmet Germiyanoğlu, İnanç Ekmekçi, Memet Ali Alabora, Mine Özerden, Şerafettin Can Atalay, Tayfun Kahraman et Yiğit Ali Ekmekçi.

Retour en haut de page