Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Le projet d’avion de combat franco-allemand prêt à décoller

Défense : la France et l’Allemagne avancent sur le projet d’avion de combat commun, qui est un élément phare de leur stratégie pour relancer l’Europe de la défense

Défense : la France et l’Allemagne avancent sur le projet d’avion de combat commun, qui est un élément phare de leur stratégie pour relancer l’Europe de la défense, © dpa

26.04.2018 - Article

Le développement d’un avion de combat franco-allemand, projet clé pour bâtir une union de défense européenne, a franchi une étape concrète à l’occasion du salon de l’aéronautique et de l’espace de Berlin (ILA).

Près de 1 100 exposants de 41 pays, plus de 150 000 visiteurs attendus et 200 avions de tous types à venir admirer : l’ILA de Berlin est considéré comme l’un des plus grands salons aéronautiques mondiaux avec ceux de Farnborough (Royaume-Uni) et du Bourget. Il a cette année pour vedette la coopération franco-allemande et l’un de ses projets les plus ambitieux : le développement d’un avion de combat commun.

Le projet avait été annoncé en juillet dernier par la chancelière Angela Merkel et le président Emmanuel Macron : au lieu de continuer à suivre des voies séparées (Rafale en France, Eurofighter en Allemagne), Berlin et Paris veulent développer ensemble un Système de combat aérien du futur (SCAF) dont le cœur sera un nouvel avion de combat. L’horizon est lointain (autour de l’année 2040). Mais le projet est considéré comme un ressort majeur pour bâtir une Union européenne de défense. Et les décisions se prennent aujourd’hui.

L’ILA (25-29 avril), dont la France est le pays invité, a été l’occasion de faire un pas en avant concret. Première étape, mercredi : les groupes Dassault Aviation (Rafale) et Airbus (Eurofighter) ont annoncé qu’ils avaient signé un accord pour développer ensemble l’appareil. « Un accord industriel historique pour assurer l’autonomie stratégique et le leadership technologique de l’Europe dans le secteur de l’aviation militaire au cours des décennies à venir », ont-ils souligné dans un communiqué commun.

L’ILA 2018, premier salon aéronautique franco-allemand

Une deuxième étape avait lieu ce jeudi. La ministre française des Armées, Florence Parly, a rejoint sur le tarmac de Berlin-Schönefeld son homologue allemande, Ursula von der Leyen, pour arpenter à ses côtés les allées de l’ILA. À cette occasion, les deux femmes devaient signer un document précisant les principales exigences fixées au nouvel avion par les deux pays du point de vue militaire. Une feuille de route pourrait ensuite être publiée en juin.

L’ILA « montre qu’ensemble, nous pouvons devenir une nouvelle référence dans le domaine de l’aéronautique et de l’espace », a affirmé Angela Merkel. « C’est flagrant dans le domaine de la défense. Nous achetons les avions ensemble, nous formons des escadrilles communes, nous menons des missions conjointes à l’étranger. Il est donc logique que nous alliions nos forces sur la formation et l’exploitation. En outre, le partenariat franco-allemand stimule la coopération européenne. Et ainsi nous donnons vie progressivement à l’idée d’une Union européenne de défense. »

L’ILA 2018 avait aussi une autre particularité : pour la première fois, l’Allemagne et la France ont travaillé ensemble à son organisation. « C’est le premier salon franco-allemand de l’aéronautique et de l’espace », a souligné la chancelière. Et « c’est le symbole de l’intensité et du succès de la coopération franco-allemande »

A.L.

Plus d’informations :

Salon de l'aéronautique et de l'espace ILA (en allemand et anglais)
Discours d'inauguration de la chancelière Angela Merkel (en allemand)
Ministère allemand de la Défense (en allemand)
Ministère français des Armées (en français)

Retour en haut de page