Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Jürgen Habermas, un intellectuel « bâtisseur de ponts » entre l’Allemagne et la France

Heiko Maas félicite Jürgen Habermas pour son prix

Heiko Maas félicite Jürgen Habermas pour son Prix, © Janine Schmitz/photothek.net

05.07.2018 - Article

En lui remettant le prix franco-allemand du journalisme, le ministre fédéral des Affaires étrangères a rendu hommage au philosophe Jürgen Habermas, l’une des plus grandes figures intellectuelles de notre temps.

Dans son éloge prononcé pour l’occasion, Heiko Maas a qualifié le lauréat de spiritus rector, qui a accompagné dès le début la République fédérale sur son chemin et marque l’image et le rôle de l’intellectuel public comme aucun autre Allemand :

Le ministre fédéral Heiko Maas prononce l’éloge de Jürgen Habermas
Le ministre fédéral Heiko Maas prononce l’éloge de Jürgen Habermas© Janine Schmitz/photothek.net

« En vous investissant passionnément pour l’Europe, vous avez comme nul autre rendu de grands services à l’entente franco-allemande et à l’entente européenne : en tant que philosophe et sociologue, orateur, essayiste et intellectuel « bâtisseur de ponts » entre l’Allemagne et la France. »

Dans le débat actuel sur l’avenir de l’Europe et sur les relations franco-allemandes, a souligné M. Maas, et avec les décisions adoptées lors du conseil des ministres franco-allemand à Meseberg, l’Allemagne a enfin commencé à se saisir des propositions du Président français : « L’Allemagne et la France ont repris leur avancée côte‑à‑côte dans le développement de la zone euro, la configuration de l’avenir numérique et aussi dans la politique étrangère, de sécurité et de défense. »

« Il faut être radicalement soudés avec la France »

Le chef de la diplomatie allemande a réaffirmé que d’ici la fin de l’année, l’objectif était de transférer dans un nouveau traité de l’Élysée l’esprit de réconciliation franco-allemand du milieu du siècle dernier dans une volonté commune de façonner le XXIe siècle. Et d’ajouter :

À une époque où l’Europe menace de se désagréger à l’intérieur et est divisée de l’extérieur, il nous faut être radicalement soudés avec la France. Quand je dis radicalement, je veux parler de notre volonté de ne plus rechercher des compromis se limitant au « donnant-donnant » dans certains domaines politiques, mais de rechercher, sur la base de considérations suprêmes et stratégiques, une entente qui s’étende à plusieurs domaines politiques. 

Pour sa politique européenne et étrangère, l’Allemagne est prête pour ce « coude‑à‑coude radical et inconditionnel », a insisté le ministre.

Réagissant aux discussions actuelles autour de la politique en matière de réfugiés et de migration, M. Maas a rappelé : « Dès le départ, l’intégration européenne a été un projet dépassant les frontières, une réponse à toutes les guerres sur le sol européen qui, justement, avaient ces frontières comme enjeu. Dépasser ces frontières, créer un espace commun de liberté, de droit et de mobilité presque sans limites, tous ces acquis doivent également jalonner notre chemin futur. » Cela suppose de définir la cohésion européenne dans le sens d’une véritable solidarité en tant qu’intérêt suprême. « L’intérêt de l’Allemagne a un nom : l’Europe ! », estime d’ailleurs Heiko Maas.

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas lors de la remise du Prix franco-allemand du journalisme
Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas lors de la remise du Prix franco-allemand du journalisme© Janine Schmitz/photothek.net

Dans son discours, Jürgen Habermas, qui recevait le Grand Prix franco-allemand des Médias en hommage à l’œuvre de toute une vie, a évoqué la cohésion des États européens : « La confiance par‑delà les frontières est une variable tout aussi importante que son intérêt personnel à long terme. » Le concept de solidarité, explique‑t‑il, s’applique à la relation confiante réciproque entre acteurs qui se lient volontairement à une action politique commune : la solidarité n’est pas l’amour du prochain, mais elle n’est certainement pas un conditionnement au profit d’une seule partie.

Le Prix franco-allemand du journalisme a été décerné pour la 35e année consécutive. Outre Jürgen Habermas, plusieurs journalistes français et allemands ont été récompensés pour leurs travaux exceptionnels.

Pour en savoir plus

Éloge de Monsieur Heiko Maas, ministre fédéral des Affaires étrangères, à l’occasion de la remise
du Prix franco-allemand du journalisme au Professeur Jürgen Habermas

Site Internet du Prix franco-allemand du journalisme