Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Un nouveau trait d’union entre la France et l’Allemagne

03.05.2017 - Communiqué de presse

Beatus Rhenanus – le Rhin heureux. C’est le nom du pont qui a été inauguré samedi entre la France et l’Allemagne. Tout un symbole puisque ce nouvel ouvrage d’art permet de relier le centre de Strasbourg à la ville de Kehl (Bade-Wurtemberg) en tramway.

Voisin du Pont de l’Europe, il réduit environ de moitié le temps de trajet entre les deux rives du Rhin.

Avec ses 290 mètres de long et 16 mètres de large, le pont Beatus Rhenanus permet la circulation des trams dans les deux sens. 2,7 km séparent l'arrêt Aristide Briand, à Strasbourg, de la station Kehl Bahnhof. Mais le pont peut aussi s’emprunter à pied et en vélo.

Quelque 30 000 personnes passent quotidiennement la frontière entre Strasbourg et Kehl. La plupart vont aller travailler sur l’autre rive du Rhin.

Une Europe ancrée dans le quotidien

Une telle ligne de tramway transfrontalière n’est pas monnaie courante en Europe, même si la SaarBahn relie déjà la Sarrebruck à Sarreguemines. Elle incarne une Europe ancrée dans la vie quotidienne de ses habitants, fondée sur l’échange et la confiance mutuels.

Inauguration du pont Beatus Rhenanus le 28 avril 2017 entre Strasbourg et Kehl © picture alliance/dpa
Inauguration du pont Beatus Rhenanus le 28 avril 2017 entre Strasbourg et Kehl. Dr g. à dr. : Roland Ries, maire de Strasbourg, Winfried Hermann, ministre des Transports du Bade-Wurtemberg, et Peter Altmaier, ministre de la chancellerie fédérale © picture alliance/dpa© picture alliance/dpa

Fruit d’un rêve né en 1945, elle revêt une dimension historique. « Faire franchir le Rhin au tramway n’aura pas été un long fleuve tranquille », rapporte Éric Beziat sur Lemonde.fr. « Après la victoire française de 1918 et le démantèlement d’une première ligne transrhénane construite par le Reich dans l’Alsace allemande post-guerre de 1870, Strasbourg s’était tournée vers la France à l’ouest ».

« À l’heure où l’Europe est remise en question, il importe plus que jamais de donner des signaux forts », a souligné de son côté Peter Altmaier. Le ministre de la chancellerie fédérale, présent à l’inauguration aux côtés notamment du maire de Strasbourg, Roland Ries, et du ministre des Transports du Bade-Wurtemberg, Winfried Hermann, a appelé à défendre le principe de la libre-circulation, même si des contrôles ont été rétablis aux frontières dans le contexte de la crise des réfugiés.

A.L.

Contenus associés