Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

La France dit oui à l’Europe

09.05.2017 - Communiqué de presse

Après les élections en France, la chancelière fédérale Angela Merkel a reçu une dernière fois le président sortant François Hollande.

Visite d’adieu : la chancelière fédérale Angela Merkel reçoit une dernière fois le président sortant François Hollande à la chancellerie © Gouvernement fédéral / Bergmann
Visite d’adieu : la chancelière fédérale Angela Merkel reçoit une dernière fois le président sortant François Hollande à la chancellerie © Gouvernement fédéral / Bergmann© Gouvernement fédéral / Bergmann

Dans ses félicitations adressées auparavant à Emmanuel Macron pour sa victoire au second tour du scrutin, elle a salué le choix clairement en faveur de l’Europe des électeurs français. Lundi soir, Angela Merkel a reçu François Hollande à la chancellerie fédérale. Cette visite d’adieu s’est déroulée dans le cadre d’un dîner privé.

François Hollande s’était imposé face à Nicolas Sarkozy, alors en exercice, lors du second tour des élections présidentielles en 2012. Fin 2016, il a déclaré renoncer à une nouvelle candidature. La passation de pouvoirs avec Emmanuel Macron aura lieu le 14 mai prochain.

Une coopération fondée sur la confiance

Après la victoire électorale d’Emmanuel Macron, Mme Merkel a téléphoné au président élu pour lui adresser ses vœux et lui proposer de coopérer dans un climat de confiance. « La chancelière se réjouit à l’idée de collaborer avec le nouveau président français, dans la confiance et dans l’esprit de l’amitié franco-allemande traditionnellement étroite », a déclaré dimanche soir le porte-parole du gouvernement fédéral Steffen Seibert.

La chancelière a salué l’engagement d’Emmanuel Macron pour une Europe unie et ouverte durant sa campagne électorale, en soulignant qu’à travers leur choix, les électeurs français ont aussi clairement opté en faveur de l’Europe, a continué M. Seibert.

Un partenariat important avec la France

Le partenariat avec la France « a toujours été et sera toujours un pilier de la politique allemande », a ensuite souligné M. Seibert ce lundi lors de la conférence de presse du gouvernement. Le gouvernement fédéral souhaite mener une bonne coopération avec le président français et sa future équipe.

La coopération franco-allemande sera fondée sur les décisions prises à Rome par les 27 États membres restants de l’Union européenne lors du 60e anniversaire des traités de Rome en mars dernier. « Nous voulons une Europe sûre, une Europe sociale, une Europe forte sur le plan économique », a ajouté M. Seibert. « Voilà les fondements de la coopération au sein de l’Union européenne. »

Miser sur l’Europe

Le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel a également adressé ses compliments à Emmanuel Macron, tout en appelant l’Allemagne à soutenir le nouveau président : « Il nous a montré à tous qu’il est possible de résister, en adoptant une position claire et un langage sans ambiguïté, aux adversaires de l’Europe et aux nationalistes, aux populistes et à ceux qui donnent des réponses simples. Cela vaut la peine de miser sur l’Europe ! », a-t-il déclaré.

Le ministre fédéral de la Justice, Heiko Maas, a également participé au concert des félicitations en soulignant que les Français ont fait le choix de la liberté, de l’égalité, de la fraternité et d’un avenir européen.

Renforcement de la zone euro

Wolfgang Schäuble, le ministre fédéral des Finances, est lui aussi très heureux de l’élection de M. Macron et se réjouit de la perspective de collaborer avec le futur gouvernement français, a affirmé la porte-parole du ministère fédéral des Finances lors de la conférence de presse gouvernementale, précisant que parmi les nombreux sujets communs entre les deux pays figure naturellement le renforcement de la zone euro, aussi bien du point de vue de l’économie que de la gouvernance structurelle.


Contenus associés

Retour en haut de page