Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Encourager une Europe de la diversité : l’Allemagne et la France échangent sur l’intégration

09.11.2017 - Communiqué de presse

L’apprentissage de la langue et la transmission des valeurs étaient au cœur de la première réunion plénière du Conseil franco-allemand de l’intégration (CFAI), qui s’est tenue mardi (7 novembre) à Berlin.

L’apprentissage de la langue et la transmission des valeurs étaient au cœur de la première réunion plénière du Conseil franco-allemand de l’intégration (CFAI), qui s’est tenue mardi (7 novembre) à Berlin et était présidée conjointement par les ministres de l’Intérieur allemand et français, Thomas de Maizière et Gérard Collomb, et les Secrétaires généraux pour la coopération franco-allemande, Michael Roth et Nathalie Loiseau.

La langue comme base de l’intégration

En règle générale, l’intégration commence par l’apprentissage de la langue du pays d’accueil. Lors de la première réunion du CFAI présidée par le ministre adjoint Michael Roth, le thème de l’apprentissage de la langue et de la transmission des valeurs était donc central.

La première réunion plénière du Conseil franco-allemand de l’intégration © Ministère fédéral de l’Intérieur/BMI
La première réunion plénière du Conseil franco-allemand de l’intégration© Ministère fédéral de l’Intérieur/BMI
« Tous les habitants de notre pays doivent respecter et honorer nos valeurs, nos règles et nos traditions. L’apprentissage de l’allemand doit être obligatoire. Ceux qui ne s’intéressent pas aux offres d’intégration et refusent soit d’acquérir des qualifications soit de travailler ici ne peuvent faire partie de notre société. D’un autre côté, l’intégration n’est pas à sens unique. Elle n’impose pas seulement aux migrantes et migrants de chercher vraiment à s’intégrer, sans pour autant renoncer pleinement à leur identité, la population majoritaire doit, elle aussi, s’ouvrir et changer », atil souligné.

La plus grande diversité possible et le plus grand nombre de points communs nécessaire

Le Conseil franco-allemand de l’intégration doit permettre un échange sur les diverses expériences dans le domaine de l’intégration des migrants dans les deux pays, identifier les mesures réussies et donner des impulsions à la coopération européenne. L’échange d’expériences doit également porter sur les obstacles à l’intégration et leur élimination.

« L’Allemagne et la France ont un long passé comme pays d’immigration. L’Europe est un continent migratoire. Grâce au Conseil franco-allemand de l’intégration, l’Allemagne et la France veulent encourager une Europe de la diversité. Nous voulons veiller à ce que la différence soit vécue sans peur. Mais nous devons par ailleurs montrer clairement ce qu’implique automatiquement un vivre ensemble pacifique, respectueux et réussi dans nos sociétés. Cela se résume en fait à ceci : la plus grande diversité possible et le plus grand nombre de points communs nécessaire », a déclaré M. Roth à l’issue de la réunion.

Dans les trois années à venir, les grands champs thématiques seront, entre autres, l’éducation et l’égalité des chances, l’intégration sur le marché du travail ainsi que la lutte contre la discrimination et la radicalisation. Il sera également question de la promotion de la cohésion sociale et des questions de logement et de politique urbaine.

Dépasser les intérêts nationaux

Dans ce contexte, M. Roth a fait remarquer : « L’un des points forts du Conseil franco-allemand de l’intégration est qu’il est ouvert et peut réunir différentes perspectives critiques. Ce n’est qu’en dépassant les intérêts nationaux que nous encourageons les solutions européennes. Or, nous avons absolument besoin d’impulser des solutions européennes pour donner corps enfin au devoir de solidarité européen. »

Des recommandations pour le Conseil des ministres franco-allemand

Afin de renforcer la coopération dans les domaines de l’intégration et de la cohésion sociale, il avait été décidé en mai 2017 de créer un Conseil franco-allemand de l’intégration. Le 13 juillet 2017, les quatre coprésidents du CFAI s’étaient réunis à Paris, en marge du 19e Conseil des ministres franco-allemand, pour préparer la première réunion à Berlin.

Il est prévu que le CFAI se réunisse au moins une fois par an en amont du CMFA et qu’il lui transmette les résultats de ses travaux sous forme de recommandations.


Contenus associés