Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Le ministre allemand de l’Économie en visite en Ukraine

Le ministre fédéral visite un centre de transformation du fournisseur d'électricité ukrainien «Ukrenergo»

Le ministre fédéral visite un centre de transformation du fournisseur d'électricité ukrainien « Ukrenergo », © picture alliance/dpa | Christoph Soeder

05.04.2023 - Article

Robert Habeck est venu apporter à l’Ukraine un « signal clair que nous croyons qu’elle sera victorieuse, qu’elle sera reconstruite. » Il est accompagné d’une délégation de représentants économiques.

Le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck, s’est rendu en Ukraine en ce début de semaine. Il a rencontré lundi le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qu’il a assuré du soutien allemand. Accompagné d’une délégation de représentants économiques, il est aussi venu parler de reconstruction et d’énergie.

Robert Habeck (dr.), ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky (g.), se sont rendus lundi dans le sous-sol d’une école au nord-est de Kiev
Robert Habeck (dr.), ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky (g.), se sont rendus lundi dans le sous-sol d’une école au nord-est de Kiev, où 367 personnes ont été séquestrées par les Russes pendant 27 jours en mars 2022. Les murs portent encore les dessins et les inscriptions des prisonniers© picture alliance/dpa | Christoph Soeder

À travers cette visite, « l’Ukraine doit recevoir un signal clair que nous croyons qu’elle sera victorieuse, qu’elle sera reconstruite », a-t-il déclaré lundi matin, à son arrivée à la gare de Kiev. Un signal « qu’il existe en Europe un intérêt à apporter du soutien dans la détresse, mais aussi à ce que l’Ukraine devienne un partenaire économique fort à l’avenir. »

Premiers investissements en vue de la reconstruction

Interrogé par la chaîne publique ZDF, Robert Habeck a confirmé deux projets d’investissements concrets d’entreprises allemandes en Ukraine. Le premier concerne le groupe pharmaceutique et chimique Bayer, qui va investir 60 millions d’euros pour développer ses installations de traitement des semences, à Pochuiky, au sud-ouest de Kiev. « Nous allons apporter notre contribution pour soutenir le plan de reconstruction de l’Ukraine et pour garantir la sécurité alimentaire dans la région, et au niveau mondial », a déclaré un porte-parole du groupe.

Selon la presse allemande, Bayer avait investi près de 200 millions d’euros avant la guerre dans la production de semences de maïs. Ses installations emploient près de 100 travailleurs réguliers et 200 à 300 saisonniers depuis 2018. Ses nouveaux investissements serviront à acheter de nouveaux matériels agricoles et à construire deux abris antiaériens.

Le second investissement sera effectué par le groupe Fixit. Selon M. Habeck, le fabricant bavarois de matériaux de construction va « quasiment doubler ses capacités » en Ukraine. Il s’agit d’un investissement particulièrement attendu, en vue de reconstruire les nombreuses infrastructures dévastées par l’invasion russe. Le ministre envisage que l’Allemagne octroie une garantie d’investissement. « En cas de destruction de l’usine, par exemple par des missiles, l’État allemand sera le garant », a-t-il déclaré.

Cette visite est « un signal envoyé aux Ukrainiens pour leur dire que l’économie allemande les soutient », souligne Siegfried Russwurm. Le président de la Fédération du patronat allemand de l’industrie (BDI), qui accompagne Robert Habeck en Ukraine, rappelle que beaucoup d’entreprises allemandes restent présentes en Ukraine. Il s’agit à la fois de comprendre leurs problèmes et d’envisager la reconstruction, explique-t-il.

Partenariat énergétique

Par ailleurs, l’Allemagne possède un partenariat formel avec l’Ukraine depuis 2020 en vue de favoriser la transition énergétique. M. Habeck souhaite désormais le renforcer. En effet, les infrastructures énergétiques ont été parmi les principales cibles des bombardements russes.

« Le souhait et les plans stratégiques, il s’agit des plans de sécurité des Ukrainiens, consistent effectivement à développer le système énergétique sur une base plus large et décentralisée », a indiqué le ministre. C’est aussi « une invitation à décarboner », a-t-il ajouté. « Les deux vont bien ensemble : le besoin de sécurité et [la mise en place d’un] système énergétique d’avenir. »

A.L.

Retour en haut de page