Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

C’est dans l’actualité…

La première livraison de GNL (gaz naturel liquéfié) au nouveau terminal de Wilhelmshaven

Quelles priorités pour 2023 ?, © picture alliance/dpa | Sina Schuldt

06.01.2023 - Article

Pour ne rien manquer de l’actualité en ce vendredi 6 janvier 2023.

Les Allemands attendent avant tout de leurs dirigeants qu’ils luttent contre l’inflation

En ce début d’année, la première attente des Allemands à l’égard de leurs dirigeants est qu’ils luttent contre l’inflation (63 %), selon un sondage Insa pour le journal « Bild am Sonntag  ». Ils souhaitent également qu’ils assurent l’approvisionnement en énergie (61 %), luttent contre la pénurie de personnels soignants (54 %), garantissent les retraites (54 %), construisent un nombre suffisant de logements abordables (54 %) et prennent des mesures contre le changement climatique (42 %).

Des scientifiques développent un système d’alerte anti-incendie pour les monuments

Des scientifiques du Centre de recherche en technologies environnementales de Clausthal (Basse-Saxe) (CUTEC) ont développé un système d’alerte précoce anti-incendie pour préserver les monuments du sort qu’a connu la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le 15 avril 2019, le toit de sa charpente s’était embrasé en à peine une heure.

Un court-circuit ou une cigarette mal éteinte, hypothèse retenue par les autorités, comptent parmi les causes d’incendie les plus courants. Or, « bien souvent, les combustions lentes ne sont pas identifiées à temps par les systèmes d’alarme incendie standard, et elles peuvent rapidement conduire à un embrasement », souligne Andreas Sauter, chef du service des technologies et systèmes de ressources au CUTEC. De surcroît, l’eau des extincteurs cause des dégâts supplémentaires sur ces monuments de grande valeur.

Il importe donc d’agir vite. Pour ce faire, les chercheurs du CUTEC ont développé un système de capteurs capable de « sentir » le danger. « Avant qu’un feu couvant naisse », explique M. Sauter, « la température des matériaux augmente et des substances chimiques se dégagent ». Les capteurs détectent ces gaz.

Le nouveau dispositif, utilisable en complément des systèmes d’alerte classiques va être testé sur des monuments en Basse-Saxe, en Saxe-Anhalt et en Saxe dont deux bâtiments construits au 13e siècle, le château de Pyrmont et la Grande église Sainte-Croix de Goslar (classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO). En savoir plus

De nouveaux projets pour la recherche de la provenance de pièces de musées

Le Centre allemand pour les biens culturels perdus a débloqué une enveloppe de 1,37 million d’euros pour financer sept nouveaux grands projets de recherche sur la provenance des objets présents dans les musées allemands. Pour la première fois, l’un de ces projets concernera des objets antiques. Il s’agit d’artefacts issus des fouilles aux 19e et 20e siècles sur les sites antiques de Sam’al, Didymes et Samarra, aujourd’hui situés en Turquie et en Irak. Ils appartiennent aux Collections antiques, au Vorderasiatisches Museum et au Musée d’art islamique de Berlin. Ils ont été acheminés illégalement dans l’Empire allemand malgré les lois qui interdisaient les exportations illégales d’antiquités dans l’Empire ottoman. L’enveloppe financera, par ailleurs, des projets de recherche ayant trait aux anciennes colonies allemandes en Océanie. Le Musée de l’Homme et de la Nature de Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg) souhaite examiner la provenance d’objets ayant transité par les collections privées de deux anciens officiers de marine ayant servi sur le « SMS Cormoran » à l’époque coloniale. Ils ont rassemblé ces objets ethnographiques en marge d’« expéditions punitives ». En savoir plus

Exposition : Max Liebermann dessinateur

Jusqu’au 5 mars, le Cabinet des estampes de Berlin présente 90 planches et deux carnets d’esquisses du célèbre peintre impressionniste allemand (1847-1935). Coloriste renommé, Max Liebermann s’y révèle aussi un dessinateur habile au trait plein de fraîcheur et de spontanéité. Tout au long de sa vie, il a d’ailleurs considéré le dessin comme l’art majeur. Il y voyait un moyen de déchiffrer les hiéroglyphes de la nature.

L’exposition balaie toutes ses périodes de création, des premières études aux paysages de Hollande et aux portraits familiaux qui marquèrent les dernières années. Elle illustre l’évolution de l’artiste.

Les premières esquisses aux contours accusés, aux perspectives et aux détails élaborés et aux effets de lumières marqués laissent peu à peu la place à un trait plus libre après la découverte des paysages néerlandais des années 1880 à la Première Guerre mondiale. Max Liebermann joue avec les nuages, les lumières et les conditions météorologiques pour faire varier l’atmosphère des bords de mer et des paysages dunaires. Le dessin s’affirme de plus en plus en tant qu’œuvre d’art. À partir de 1900, l’artiste rejoint le courant impressionniste. Ses dessins quittent leur fonction d’esquisse et gagnent encore en qualité. Dans les portraits de la dernière période, minutieux et intimistes, la ligne est de plus en plus fine et fluide, tendant vers l’abstraction. En savoir plus

Rédaction : A.L.

Retour en haut de page