Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

L’Allemagne au Conseil de sécurité : bilan à mi-parcours et perspectives

Avril 2019 : Heiko Maas ouvre le débat consacré à la violence sexuelle en temps de conflit

Avril 2019 : Heiko Maas ouvre le débat consacré à la violence sexuelle en temps de conflit, © Thomas Imo/photothek.net

09.01.2020 - Article

Lutte contre les violences sexuelles ou désarmement : au cours de cette première année comme membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Allemagne a fait avancer des sujets importants.

La priorité pendant la deuxième année sera accordée au désarmement, à la prévention des crises et au maintien de l’ordre international.

Résolution 2467 : ensemble contre les violences sexuelles

« Pendant la première année de notre mandat au Conseil de sécurité, nous avons fait avancer des sujets importants », a déclaré le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas. Par exemple la résolution 2467 soumise par l’Allemagne a permis de jeter les bases pour lutter contre les violences sexuelles dans les conflits et demander des comptes aux responsables. Pour la première fois, la résolution place également les victimes et les rescapés de violences sexuelles au cœur des préoccupations qui consistent notamment à leur permettre d’accéder à la justice au niveau national et de bénéficier de moyens assurant leur subsistance.

#MultilateralismMatters : résoudre ensemble les problèmes mondiaux
#MultilateralismMatters : résoudre ensemble les problèmes mondiaux© Thomas Koehler/photothek.net
Le désarmement figure à nouveau à l’ordre du jour

« Conjointement avec la France, nous avons mis à profit les mois de présidence pour faire inscrire également les thèmes du climat et de la sécurité, du contrôle des armements et du droit international humanitaire à l’ordre du jour du Conseil de sécurité », a poursuivi le chef de la diplomatie allemande. En particulier la question du désarmement joue un grand rôle : des accords de désarmement importants sont menacés partout dans le monde, et de nouveaux systèmes d’armes, le réarmement mondial et une concurrence croissante entre les grandes puissances placent le monde face à de nouveaux défis. C’est pourquoi, en avril 2019, alors qu’elle présidait le Conseil de sécurité, l’Allemagne a pris l’initiative de refaire figurer, après des années, le désarmement et le contrôle des armements à l’ordre du jour international.

« La politique étrangère allemande est une politique étrangère multilatérale »

Tous ces sujets ont un point commun, selon M. Maas :

La politique étrangère allemande est une politique étrangère multilatérale. C’est ensemble seulement que nous pouvons relever les défis actuels. La mondialisation, la transformation numérique, les migrations sont toutes des questions littéralement sans frontières, des questions qui nécessitent une réponse sans frontières, une réponse commune, multilatérale. 

« De concert avec nos partenaires, nous voulons maintenir notre ordre fondé sur des règles, le réformer et le développer », a fait remarquer M. Maas, ajoutant que c’était là un objectif important pour l’Allemagne durant sa deuxième année au Conseil de sécurité.

Une approche préventive : éviter les crises au lieu d’y répondre

De plus, le Conseil de sécurité se concentrera beaucoup plus sur la prévention des crises que sur leur gestion : l’enjeu consistera à désamorcer les conflits en amont. « Nous tablons donc également en 2020 sur notre approche préventive », a affirmé le ministre : le climat et la sécurité, le désarmement et le contrôle des armements, les droits de l’homme et la sécurité ainsi que le droit humanitaire international sont des questions qui doivent être traitées au Conseil de sécurité.

Crises actuelles : Libye, Iran, Syrie

Les crises actuelles joueront bien sûr également un rôle central en 2020 : le Conseil de sécurité se penchera sur la Libye, le Sahel, le Soudan, l’Afghanistan, la Corée du Nord, la Syrie, l’Iran et le Yémen. « Nous devons reconnaître que tous les blocages au sein du Conseil de sécurité ne peuvent être levés », a déclaré M. Maas par exemple concernant la Syrie. Cependant, une chose est claire : « Nous œuvrerons au sein du Conseil de sécurité et dans d’autres formats pour des solutions politiques. »

L’année 2020 placée sous le signe du multilatéralisme

Pour la sixième fois déjà, l’Allemagne assume, en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité, une responsabilité particulière pour la paix et la sécurité dans le monde et pour l’ordre mondial multilatéral. 2020 est à bien des égards une année particulière pour le multilatéralisme : en juillet 2020, l’Allemagne présidera pour un mois parallèlement le Conseil de sécurité et le Conseil de l’Union européenne.

Selon Heiko Maas :

C’est une responsabilité particulièrement grande pour le système multilatéral que nous remplirons à deux endroits, à Bruxelles et à New York. Nous poursuivrons l’étroite coopération franco-allemande. 

Retour en haut de page