Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Traité d’Aix-la-Chapelle : succès et perspectives pour la troisième année après la signature

Heiko Maas et son homologue français Jean-Yves Le Drian

Heiko Maas et son homologue français Jean-Yves Le Drian, © Felix Zahn/photothek.net

09.03.2021 - Article

Le 22 janvier 2019, 56 ans jour pour jour après la signature du traité de l’Élysée, le traité d’Aix-la-Chapelle a été solennellement signé par la chancelière fédérale Angela Merkel et par le président de la République Emmanuel Macron à l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle.

L’objectif du traité d’Aix-la-Chapelle est d’approfondir davantage la coopération franco-allemande dans divers domaines, de la porter à un niveau supérieur et de l’ancrer fermement dans un cadre européen. Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré à ce sujet :

Avec ce nouveau traité franco-allemand, nous tournons le regard vers l’avenir. Nous unissons nos forces pour que nos pays soient préparés à l’avenir en matière de numérisation, d’éducation et de technologie. Et nous nous positionnons ensemble pour une Europe forte et autonome, pour un monde pacifique et pour un ordre international fondé sur des règles.

Depuis la signature du traité, beaucoup de progrès ont été réalisés et plusieurs projets communs ont déjà été mis en œuvre. D’autres jalons importants seront posés l’année prochaine.

De nouveaux acteurs franco-allemands proches des citoyens, régionaux et concrets

Le traité d’Aix-la-Chapelle a engendré plusieurs acteurs nouveaux dans le cadre institutionnel franco-allemand : le Fonds citoyen franco-allemand promeut depuis avril 2020 des projets en faveur d’une société civile européenne plus active et contribue ainsi de manière importante à rapprocher davantage les gens par-delà les frontières et à rendre plus vivants ces liens humains. Depuis juillet 2020, le nouveau Forum franco-allemand pour l’avenir élabore, en collaboration avec des acteurs locaux et régionaux, des recommandations politiques sur certains thèmes d’avenir destinées au Conseil des ministres franco-allemand ainsi qu’à l’Assemblée parlementaire franco-allemande. La pandémie de Covid-19 a encore une fois souligné à quel point nos sociétés sont imbriquées les unes dans les autres, notamment dans les régions frontalières. Depuis sa création le 22 janvier 2020 au château de Hambach, le Comité de coopération transfrontalière contribue de manière indispensable à lever les obstacles de la vie commune dans les espaces frontaliers.

Par ailleurs, le renforcement des programmes de mobilité pour les jeunes est ancré dans le traité. À l’occasion de la Journée franco-allemande de cette année, le ministre adjoint Michael Roth et le secrétaire d’État français Clément Beaune ont discuté avec des jeunes du rôle de la jeune génération pour l’avenir de l’Europe.

S’engager ensemble dans l’Europe et pour l’Europe

L’engagement commun en faveur d’une Europe unie, capable d’agir et forte constitue un pilier central du traité d’Aix-la-Chapelle. C’est dans cet esprit que de nombreuses initiatives franco-allemandes importantes ont été lancées ces derniers mois, comme l’initiative franco-allemande pour la relance européenne du 18 mai 2020 qui pose les jalons d’un Fonds de relance européen mais aussi d’initiatives dans les domaines du climat, du numérique, de la résilience et de la santé. Dans le domaine numérique, l’Allemagne et la France ont jeté les bases du projet désormais européen GAIA-X pour mettre en place une infrastructure européenne des données qui soit sécurisée et innovante. Dans le domaine de la coopération en matière de politique de sécurité et de défense, d’importants projets communs visant à renforcer la capacité d’action européenne, par exemple dans le domaine du développement de capacités, ont connu des avancées lors du dernier Conseil franco-allemand de défense et de sécurité qui s’est tenu le 5 février 2021.

D’autres projets mentionnés dans le traité d’Aix-la-Chapelle sont en train d’être mis en œuvre ou sur le point d’être achevés, tels que les instituts culturels franco-allemands à Palerme, Rio de Janeiro, Erbil et Bichkek ; les gouvernements allemand et français travaillent intensément à leur mise sur pied ainsi qu’à leur inauguration.

Retour en haut de page